MIE en Seine-Saint-Denis : histoire d’une catégorie

Ce dernier numéro  de la revue Plein  Droit est consacré aux mineur·es non accompagné·es. Dans un article paru dans ce numéro, Simon Protar et Emeline Zougbédé reviennent d’abord sur l’histoire de la catégorie du mineur·e isolé·e étranger·ère (MIE), puis sur celle du mineur·e non accompagnée (MNA) et les manières dont ces deux catégories se sont déployées dans le département de la Seine-Saint-Denis

Résumé. La prise en charge des personnes étrangères mineures et isolées en Seine-Saint-Denis, d’abord guidée par l’impératif de protection de l’enfance en danger, s’est réorganisée autour d’un traitement différentiel fondé sur l’extranéité. L’analyse des archives départementales des services de l’aide sociale, réalisée dans le cadre du projet MINA 93 , restitue ce processus interne. Opposé à ce tournant, qui s’imposera comme un modèle dans nombre de départements, le Gisti a souvent dénoncé la dégradation des pratiques du 93, en particulier lorsqu’en 2011 , son président a choisi de laisser pendant des mois des enfants à la rue pour obtenir une aide de l’État.



Citer ce billet
Émeline Zougbede (2022, 16 août). MIE en Seine-Saint-Denis : histoire d’une catégorie. MINA 93. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rg14

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.