Pourquoi les jeunes d’Afrique subsaharienne partent-ils ? par Doris BONNET & Daniel DELANOË

Doris Bonnet, anthropologue, et Daniel Delanoë, psychiatre et anthropologue 

L’augmentation importante du nombre de jeunes migrants non accompagnés suivis par les conseils départementaux au cours des dix dernières années interroge non seulement les citoyens et les politiques mais également les chercheurs en sciences sociales. En majorité jeunes garçons (95 %), souvent âgés de 15 à 18 ans, les jeunes migrants sont issus de divers pays, parmi lesquels l’Afrique subsaharienne. On ignore souvent les motifs de leur départ. Que s’est-il pas- sé dans les sociétés des pays d’origine ? Ces jeunes sont-ils exclus de leur famille, de leur communauté ? Sont-ils au contraire membre de réseaux de parenté qui les placent dans un projet migratoire familial ? Les deux logiques se combinent, comme le montre une étude menée dans un centre de consultation pédopsychiatrique d’Ile de France auprès de jeunes originaires d’Afrique subsaharienne (Côte d’Ivoire, Gui- née, Tchad) suite à divers troubles somatiques (états anxieux, insomnies, addictions). Plutôt que d’exclusion, mieux vaut parler d’un processus de désaffiliation familiale et sociale (Bonnet & Delanoë, 2019).

Doris Bonnet et Daniel Delanoë, « Pourquoi les jeunes d’Afrique subsaharienne partent-ils », in : Yasmine Bouagga (dir.), Dossier « Jeunes en migration, entre défiance et protection », De facto [En ligne], 17 |
Mars 2020, mis en ligne le 26 mars 2020.

Pour lire l’article en entier, c’est ici

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.