Publications scientifiques

 

Tracer, 2020.

Martial Agnès, 2020. Les archives des origines. Traces et (dis)continuités narratives dans les dossiers de l’Aide sociale à l’enfance (1995-2015)

Dans le dernier numéro de la revue Tracer, Agnès Martial publie un article qui fait le lien avec l’atelier-formation du 17 novembre 2020.

Résumé. À partir d’une enquête dans les services de l’Aide sociale à l’enfance, cet article analyse les « traces » conservées dans les dossiers des enfants nés dans le secret et/ou abandonés : le traitement des documents administratifs, des correspondances, des photographies ou des objets conservés informe les conceptions des relations liées à la naissance dans les situations adoptives, éclairant un aspect inédit des pluriparentalités contemporaines.

Mots-clés : Parenté. Abandon. Adoption. Origines. Archives.

 

Migrations Société, 2010.

Mineurs isolés étrangers : une nouvelle figure de l’altérité ? vol. 3-4, n°129-130

Ce numéro spécial de la revue Migrations Société interroge les manières dont les mineurs isolés étrangers viennent autant interpeller le travail social auprès de jeunes, que les manière dont à travers ces jeunes mineur·es la société française repense l’altérité, l’étranger au prisme de l’enfance.

 

 

 Migrations Société, 2020.

L’accueil des mineurs non accompagnés à l’épreuve de la communication

vol. 32, n° 181

A la croisée d’interrogations portant sur les trames narratives de l’évaluation sociale et l’accompagnement langagier quotidien des mineur·es non accompagné·es, ce numéro de Migrations Société questionne une nouvelle fois la place des jeunes migrant·es dans la société.

 

 

Genèses, 2018

Citoyen de papier en Afrique

vol. 3, n°112

Ce numéro de la revue Genèses questionne l’absence mais aussi la tangibilité des identités de papiers en Afrique. D’une part, parce que le continent est actuellement le « laboratoire des nouvelles technologies de l’identification renforce même ce topos européocentré de sociétés africaines en déficit de papiers, régies par l’informalité et l’absence de droit – la biométrie apparaissant alors comme le remède miracle aux maux structurels de l’état civil et le sésame d’une modernité émergente ».  D’autre part, il s’agit alors de « battre en brèche ces idées communes d’une Afrique hors de la raison graphique et de la cité bureaucratique, faisant écho à d’autres travaux qui, à la suite de Goody, ont mis en pièces ces stéréotypes (Goody 1979 ; Fiquet et Mbodj 2009 ; Bayart 2010) ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.