NOTE No 1-1_A l’accueil des vigiles

A l’accueil des vigiles

note no 1-1_Octobre 2020*

C’est un hall, une réception, un sas, un seuil… Qui accueille. Si deux vigiles s’y tiennent en permanence, les missions qu’ils embrassent ne sont guère réductibles à des tâches sécuritaires. Aussi, cet accueil des vigiles, a-t-il différentes fonctions : celle de filtre, d’orientation, de renseignement, d’attente informelle, etc.

Quand on entre par une des doubles portes vitrées sur lesquelles sont affichées différentes informations générales, notamment relatives aux horaires d’ouverture de la Cellule d’accompagnement des mineur·es non accompagné·es, on fait tout d’abord face au bureau où se tiennent les vigiles. Sur ce bureau, il y a deux écrans de caméras. À la gauche du visiteur·se, des bannettes pour le dépôt de documents. Sur la droite, dans le fond, une armoire pour déposer les effets personnels. La pièce est grande et donne sur l’ancienne salle d’attente de l’accueil, le « bocal », à gauche. À droite, un mur de vitres laisse apercevoir un escalier en colimaçon, dans le fond, quelques anciens bureaux des éducateur·rices (désormais au premier étage).

 

Dans ce hall, à cet accueil des vigiles, se jouent plein de choses qui, parce qu’elles sont administrées au seuil, inaugurent la prise en charge et tout ce qu’elle contient. Une prise en charge qui est aussi celle d’une présence. « Les jeunes déposent des choses devant moi », m’a dit un jour un éducateur de la CAMNA. C’est qu’en ce seuil, on se déplace, on s’y dépose…


*Cet article restitue deux mois d’observations dans ce hall et avant que des travaux de réaménagement du RDC ne soient engagés. 1 L’utilisation du terme « seuil » renvoie ici aux différents travaux qui s’adressent à la compréhension des rites et des rites d’institution (Van Gennep A., [1909] 1989, Les rites de passage, Paris : Picard ; Bourdieu P., 1982, Les rites comme actes d’institution. Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 43, no 1, pp. 58-63). Le « seuil » est alors, dans cette configuration ce moment liminaire, c’est-à-dire cet entre-deux moment, qui marque le début de la prise en charge (et on pense ici aux primo-arrivant·es qui se présentent pour la première fois devant ce seuil) (Van Gennep, [1909] 1989). Mais le « seuil » peut-être aussi cette limite, cette séparation qui marque entre ceux et celles qui accomplissent le rite de ceux et celles qui ne l’accompliront jamais (Bourdieu, 1982). La place manque ici pour un plus long développement, mais retenons que dans la compréhension de ce seuil que dessine « l’accueil des vigiles », il s’agit de penser à travers les lieux et les espaces, les temporalités de la prise en charge qui, saisie au prisme du rite de passage comme acte d’institution, viennent baliser les parcours des jeunes pris·es en charge. Cette réflexion sera reprise dans un autre article. 2 Depuis septembre 2020, des travaux ont été engagés, non pas au niveaux de « l’accueil des vigiles », mais au-delà des portes battantes. Ces travaux ont reconfiguré les tracés et les présences dans le hall d’entrée. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.