Mobilités de classe. Un numéro coordonné par Doris Bonnet avec Amélie Grysole

Mobilités de classe_Politique Africaine, 2020/3 (n°159)

Introduction au thème

Observer les mobilités sociales : l’investissement migratoire
des familles

« Restons tous ici ! Vous entendez, restons ici ! D’ici peu de temps vous verrez que nous leur sommes utiles comme l’air qu’ils respirent. Quel est le patron qui ne donne pas la charité éternellement patron ? […] Quel est l’ambitieux qui ne pense pas ouvrir toutes les portes par l’action magique de la charité ? »

(Aminata Sow Fall, La Grève des bàttu, 1979).

La construction de ce dossier1 qui porte sur les mobilités spatiales et sociales des familles a été nourrie par le renouveau de l’approche par les classes sociales dans la sociologie générale2 et la place qu’a (re)prise ce paradigme dans les études africaines, notamment autour du débat sur «l’émergence» des classes moyennes en Afrique3.

Ce dossier propose d’étudier la manière dont les mobilités spatiales servent de révélateur aux enjeux de positions et de mobilités sociales en Afrique subsaharienne. Plusieurs disciplines (l’anthropologie, la sociologie, l’histoire, la philosophie, la science politique et la géographie) proposent ici une approche ethnographique – et souvent multi-située – sur cette question. Les articles de ce volume portent sur diverses positions sociales relatives à l’espace de départ et concernent plusieurs migrations internationales depuis (et vers) l’Afrique : entre la Mauritanie, le Sénégal et les États-Unis (Olivier Leservoisier), le Nigeria et l’Europe (Élodie Apard, Precious Diagboya et Vanessa Simoni), le Sénégal et la France (Chelsie Yount-André), les Comores et la France (Hugo Bréant), le Mali et les États-Unis (Kevin Mary), le Yémen et Djibouti (Alexandre Lauret). […]


1. Nous remercions Jennifer Bidet, Chelsie Yount-André, ainsi que les membres du comité de rédaction de la revue pour leurs lectures attentives de cette introduction et leurs conseils avisés.

2L. Chauvel, «Le retour des classes sociales?», Revue de l’OFCE, n° 79, 2001, p. 315-359; A.-C. Wagner, Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte, 2007 ; M. Savage, Social Class in the 21st Century, Londres, Pelican, 2015; É. Penissat et Y. Siblot (dir.), «Des classes sociales européennes ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 219, 2017 ; C. Hugrée, É. Penissat et A. Spire, Les classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le vieux continent, Marseille, Agone, 2017.

3. Voir en particulier J. Noret (dir.), Social Im/mobilities in Africa: Ethnographic Approaches, New York, Berghahn Books, 2019; H. Bréant, S. Chauvin et A. Portilla (dir.), «Capital social en migration», Actes de la recherche en sciences sociales, n° 225, 2018; C. Mercer et C. Lemanski (dir.), «The Lived Experiences of the African Middle Classes», Africa, vol. 90, n° 3, 2020; C. Coe et J. Pauli (dir.), « Migration and Social Class in Africa », Africa Today, vol. 66, n° 3-4, 2020 ; P. Jacquemot (dir.), « Les classes moyennes en Afrique», Afrique contemporaine, n° 244, 2012; H. Melber (dir.), The Rise of Africa’s Middle Class: Myths, Realities and Critical Engagements, Londres, Zed Books, 2016 ; H. Jamid, L. Kabbanji, A. Levatino et K. Mary, « Les migrations pour études au prisme des mobilités sociales », Migrations Société, n° 180, 2020, p. 19-35.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.