17/11_Construire et instruire le dossier de jeunes pris·es en charge par l’aide sociale à l’enfance

Compte-rendu de l’atelier-formation

Construire et instruire les dossiers de jeunes migrant·es pris·es en charge par l’aide sociale à l’enfance

mardi 17 novembre 2020

Cet atelier a été consacré à l’étude des dossiers de jeunes et de jeunes migrant·es confié·es à l’aide sociale à l’enfance, autour de trois interventions : d’Isabelle Frechon (Socio-démographe, chargée de recherche / Laboratoire Printemps), d’Isabelle Poulain (Responsable de la CAMNA) et de Yasmina Bouagga (Politiste, chargée de recherche / Laboratoire Triangle)

Travailler sur les dossiers de l’ASE : deux limites qui interrogent

L’enquête « ELAP » (Etude sur l’accès à l’autonomie des jeunes placés, Ined) est une enquête en trois temps (2007-2009 / 2010-2011 / 2013-2105) et qui a concerné des jeunes placé·es dans sept départements de la France métropolitaine (les départements du Nord (59), le Pas-de-Calais (62), Paris (75), la Seine-et-Marne (77), l’Essonne (91), les Hauts-de-Seine (92) et la Seine-Saint-Denis (93)), auprès  de 4 500 jeunes « tiré·es au sort » sur la base de sondage de 8 500 jeunes placé·es et âgé·es de 17 à 20 ans. Mêlant administration de questionnaires et conduite d’entretiens auprès des jeunes, la méthodologie quantitative de l’enquête a posé deux limites importantes. Si les dossiers de l’aide sociale à l’enfance de jeunes placé·es peuvent être de vraies mines d’or, il reste que :

– si les causes du placement sont très documentées, peu d’éléments subsistent dans les dossiers concernant les « traces de vie » des jeunes confié·es, notamment en termes de scolarité ;

= la vacuité des dossiers interroge sur les objectifs prioritaires de l’aide sociale à l’enfance quant à la protection des jeunes : la priorité semble celle de protéger les jeunes contre l’adversité extérieure et moins les questions de scolarité, etc.

– pour ce qui est des dossiers des mineurs isolés étrangers (MIE), les dossiers sont encore plus vides : du fait d’une prise en charge tardive (autour de 15 ans et quatre mois). En outre, ce qui a interpellé les équipes d’ELAP, c’est que les causes du placement sont identiques et se résument à celle de l’isolement. 

= ce motif univoque de placement interroge sur le fait que la protection accordée aux MIE relève davantage d’une protection à la sans-domiciliation que d’une protection de l’enfant.

Construis-moi un dossier : écrits, écritures et traces de vie

Il y a une complexité de la construction et de l’écriture des dossiers dans l’aide sociale à l’enfance de manière générale, qui se fait plus pressante dans le cas des mineurs non accompagnés (MNA). Cette complexité renvoie à l’éminente question d’écrire pour qui ? De deux choses l’une :

– tout d’abord, si le dossier du jeune est un outil du travail quotidien et rend compte de son parcours, les éléments qui servent à retracer le parcours de prise en charge sont presque exclusivement les rapports faits au juge pour rendre compte au juge (quand bien même il existe d’autres sous-dossiers qui ne seront pas archivés) ;

– ce qui pose, ensuite et in fine, la question de l’archivage de ces dossiers (qui seront consultables par les jeunes pendant 99 ans) et des traces de vie qui y seront laissées. 

= il y a tout lieu de repenser l’écriture des rapports et le « vivant » que l’on adjoint au dossier (soit toutes les « traces de vie ») qui permettent la lecture et la relecture d’un parcours augmenté, qui épouse l’épaisseur du réel, quant (et si) les jeunes MNA en feront la demande.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.