Prendre place dans l’enquête, faire sa place sur le terrain

D’abord, parce qu’il importe de prendre place dans une enquête. Qu’elle soit collective ou individuelle, il faut se saisir de l’objet d’étude, un peu à la manière d’un rubik’s cube pour juguler les énigmes, en défaire les noeuds.

Ensuite, parce qu’il s’agit aussi de prendre place sur le terrain, de faire corps avec lui, de chercher tout en ne recherchant rien à l’avance. Peut-être pour pouvoir “s’encliquer” un brin : comme Jean-Pierre Olivier de Sardan (1995), être dans sa recherche comme sur son terrain pour faire partie d’une « clique », quand bien même :

« D’un côté [la ou le chercheur/se] risque de se faire trop l’écho de sa « clique » adoptive et d’en reprendre les points de vue. De l’autre, il risque de se voir fermer les portes des autres « cliques » locales » (p. 88).

Mais, tout terrain comporte des biais, qui sont à certains égards merveilleusement heuristiques. C’est le parti pris et le pari fait en ce qui concerne la présente recherche.

Alors, dans cette rubrique, il est question pour nous, chercheuses et chercheurs qui travaillons à démêler des fils, de restituer le noeud de départ : celui des cadres de l’enquête. Et parce que comme le linguiste Georges Dumézil aimait à le rappeler, se souvenant d’une boutade du sociologue-sinologue Marcel Granet, si la méthode c’est le chemin après qu’on l’ait parcouru, il convient de prendre place dans l’enquête, de faire sa place sur le terrain.

Les notes “réflexives” qui suivent sont celles des membres du projet, qui à un moment donné de l’enquête se sont livré·es, d’abord consciemment ou inconsciemment, à cet exercice d’introspection de soi. Pour ensuite, en faire état dans tout ce que ces notes et réflexions ont de plus brut.


Olivier de Sardan J-P. (1995), « La politique du terrain », Enquête, n°1, 71-109.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.