Couv_REMI

REMI : Politiques de l’urgence et bricolages humanitaires. Genèse des « centres d’accueil et d’orientation » dans la crise calaisienne par Yasmine BOUAGGA

Yasmine Bouagga, Chargée de recherche CNRS et coordinatrice du projet MINA 93

Ce numéro de la Revue européenne des migrations internationales (REMI) est consacré à l’accueil des exilé·e·s hors des grandes villes et métropoles, dans les « petits milieux de l’immigration ». […] Ainsi, ce dossier analyse comment les politiques de répartition articulent des processus de mise à l’abri et de contrôle toujours croissant avec des politiques de redynamisation de territoires confrontés à des enjeux démographiques et économiques majeurs. 

Dans un article paru dans ce numéro, Yasmine Bouagga se consacre à l’étude et l’analyse de centre d’accueil et d’orientation.

Résumé. Les « centres d’accueil et d’orientation » sont des centres d’hébergement créés en 2015 afin de résorber le bidonville dit de la « Jungle » de Calais, en offrant aux personnes volontaires une solution de mise à l’abri. Initialement conçu comme temporaire et ciblé pour une situation critique circonscrite, ce type d’hébergement s’est concrétisé par l’ouverture de plus de 200 sites en différents lieux du territoire français, qui ont servi à disperser les habitants du campement de Calais lors de son évacuation. Retracer la genèse de ces centres permet d’examiner la mise en place, dans l’urgence, de politiques ad hoc, et leur intégration ultérieure dans une politique nationale de répartition territoriale des demandeurs d’asile. La fabrication de cette politique, à la jonction d’enjeux d’ordre public et d’enjeux humanitaires, éclaire les effets des temporalités sur l’action publique et sur les pratiques des acteurs institutionnels.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.