La juvénilisation des politiques publiques : engagements, gouvernances et territoires

Interroger la catégorie “jeunesse” au prisme de la construction des politiques publiques.

17, 18 et 19 mars 2021

organisée par l’Université de Lille,

et les Laboratoires

– CERAPS en Sciences Politiques
– GERiiCO en Sciences de l’Information et de la Communication
– TVES en Géographie et Aménagement

 

« Depuis des décennies, se sont succédé en Europe et au-delà, des générations de politiques publiques visant à intervenir sur ou en accompagnement des jeunes, autour de thématiques comme l’insertion, l’accès à l’emploi, l’éducation, les pratiques médiatiques, informationnelles et numériques, la citoyenneté.

Ces politiques se sont déclinées autour de trois principaux modèles : soit des programmes d’action (planification) thématiques ou stratégies jeunesse de niveau étatique sous l’impulsion de Ministères nationaux et/ou fédéraux, soit des dispositifs inspirés de l’affirmative action (Blanchard 1989) ciblant des populations et/ou territoires spécifiques, soit celui de politiques de jeunesses dites intégrées dans le cadre d’une régionalisation, d’une décentralisation de l’action publique. Toutes ces politiques sont restées caractérisées par un relatif flou, et de fortes fluctuations dans la définition même de ces jeunesses, qualifiant parfois des classes (d’âge), des générations (Moreno et Mariano 2018) ou encore des problèmes spécifiques.

C’est en particulier le cas en France où la remise en question, dans les années 1980, d’une approche sectorielle et centralisée des politiques publiques (Muller 1990), s’est traduite dans les premiers temps de la décentralisation, par la mise en place de politiques qui ne ciblent plus tant des “problèmes” spécifiques que des catégories spécifiques ou des zones spécifiques, et qui croisent de façon orthogonale une territorialisation progressive des politiques publiques (Warin 2004). Si l’existence de politiques de la “jeunesse” n’est pas en tant que telle une nouveauté (Loncle 2003), comme en témoigne du reste l’ancienneté de l’existence d’un Ministère consacré à cette catégorie en France, cette tendance s’est notamment concrétisée par une multiplication depuis les années 1980 de ce qu’on peut qualifier de « politiques publiques juvénilisées », au sens de programmes d’action publique qui mettent en avant la catégorie « jeunesse », par ailleurs vigoureusement discutée (Barry 2005). Ceci étant avéré pour la France, mais aussi au niveau européen (Oberti et Richez 2006 ; Chevalier 2015 ; Loncle 2017), voire au-delà (Williamson 2006 ; Williamson 2017), à une échelle nationale autant que dans le champ local (Halter 2007 ; Loncle 2011). Au point que l’existence d’une spécificité de politiques dédiées à une catégorie « jeunesse » peut sembler relever de l’évidence. Cette évolution n’est pas sans soulever un certain nombre de questions. »

Le colloque sur la juvénilisation des politiques publiques se veut alors permettre de réfléchir aux politiques à destination de la jeunesse qui, si elles visent à la prendre en charge, questionne les contours de cette classe d’âge en tant que catégorie de l’action publique, articulée à l’échelle nationale, départementale, territoriale et locale.

Huit session permettront de croiser les recherches, les pratiques, les regards et de réfléchir plus largement à la jeunesse et ses usages.


Vous trouverez ici le programme du colloque : Colloque JPP mars21-DV-2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.