Les voyages imaginaires II Ou “Vers une exploration TRANS-photographique”

Extrait sonore © Omah Lay, Godly (2020)

La deuxième session du projet mené en partenariat avec l’association Citoyenneté Jeunesse (CJ) s’est déroulée du 15 février 2021 au 19 février 2021. Comme pour la première session, elle a réuni des jeunes pris·es en charge à la CAMNA : plus précisément, sept jeunes y ont participé. À noter que contrairement aux jeunes de la première session qui étaient des primo-arrivant·es pour la plupart (c’est-à-dire qu’elles et ils venaient d’être pris·es en charge), les sept jeunes qui ont participé à la deuxième session du projet sont depuis un peu plus longtemps pris·es en charge à l’aide sociale à l’enfance, et sont de ce fait déjà inséré·es dans leur accompagnement socio-éducatif, car aussi en majorité scolarisé·es. On doit alors souligner certaines dispositions de ces jeunes dans leurs façons d’agir, de penser, de percevoir qu’elles et ils ont incorporées au cours de leur parcours migratoires et de prises en charge à l’aide sociale à l’enfance. Ces sept jeunes sont originaires du Maghreb pour deux d’entre eux et d’Afrique de l’Ouest pour les autres.

Si la première session du projet de CJ (CJ-I) était une invitation aux voyages imaginaires, à l’imaginaire des voyages, dans cette deuxième session (CJ-II), il a davantage été question d’une transfiguration de soi par l’objectif de l’appareil : le flou et le mouvement ont été les maîtres-mots.

Il y a néanmoins, entre ces deux sessions, des lieux communs, des ponts à faire. On peut regarder comment la première session (CJ-I) à augmenter l’expérience de la deuxième (CJ-II), à travers les savoir-faire, les savoir-être. Autant parce que, quand bien même différent, CJ-II était d’avance déjà un peu connu :

Lundi 15 février 2021. On est au premier jour de cette deuxième session. Une éducatrice conduit un jeune dans la grande salle de réunion au deuxième étage. C’est là que se déroulera aussi cette nouvelle semaine d’ateliers. Le laissant sur le pas de la porte, elle dit :« Installez-vous ! Enlevez votre bonnet, votre manteau. Détendez-vous ! ».

Ces quelques mots indiquent par eux-mêmes une confiance accordée, installée entre les différents partenaires de ce projet(l’association CJ, les deux photographes et les agent·es de la CAMNA) ; confiance qui se traduit notamment dans l’espace de la CAMNA investi par les deux photographes :

Lundi 15 février 2021. Une des deux photographes, après avoir expliqué à tous·tes le programme de la semaine, annonce que nous allons faire des photos par binômes ou trinômes. Elle ajoute : « La CAMNA, vous allez voir, c’est un super terrain de jeu ».

Avant de poursuivre, je voudrais appuyer sur cette circulation dans l’espace, dans les différents espaces de la CAMNA. Si elle a partie liée avec une mise en confiance réciproque, elle est aussi source de sociabilités. Par sociabilités, je fais ici référence à cette capacité humaine à vivre ensemble, à aimer se retrouver et converser (Renou, 2009). Mais aussi, aux manières dont le philosophe allemand Georg Simmel (1991) la définit, soit cette « forme ludique de la socialité », c’est-à-dire « un jeu au cours duquel chacun fait “comme si” tous étaient égaux ». La notion de sociabilité dénote donc d’une capacité à évoluer, à pénétrer des réseaux sociaux, qui vise à la participation collective, « en tant qu’elle inscrit celui qui s’y engage dans un groupe humain de référence qui, en retour, lui offrira une affiliation sociale » (Renou, 2009 : 503).

Vendredi 19 février 2021. Il est 10heures. Un jeune arrive avec un nouveau. Au dernier jour du projet, nous restons quelque peu circonspect·es.

Cette anecdote est remarquable parce qu’elle donne à voir le groupe créé durant cette semaine d’ateliers et créant du liant, mais aussi l’assurance du jeune qui « prend en charge » le nouveau, lui indiquant le chemin de l’atelier. Il s’avérera que le jeune nouveau se sera trompé d’ateliers, étant venu pour l’atelier « Jeunes majeur·es » du vendredi matin.

Enfin, une dernière considération liminaire. CJ-II n’est pas une répétition de CJ-I. Il a été question de proposer autre chose : dans le contenu et dans le format. Déjà, parce qu’il s’est agi de partir d’un autre travail d’artiste-photographe. Ensuite, parce que la première session a permis de penser cette deuxième en en démultipliant les activités et pôles, les groupes et binômes et les temps :

Mercredi 17 février 2021. Un des jeunes est dans la salle avec une des photographes : il est en train de faire une émulsion1. Dans l’espace du studio photo – un espace vide entre des bureaux – les autres jeunes prennent des photos :l’un photographe, l’autre modèle. La seule fille de la session se prend elle-même en photo, créant des story sur un de ces réseaux sociaux qu’elle affectionne, chantant et dansant. […] Cet après-midi sera un peu comme ce matin : il y aura un atelier retouche et un atelier photo floues. Entre, les jeunes auront la possibilité de reprendre des photos avec les compactsou les réflexes.

C’est à travers ces deux dimensions structurantes de cette deuxième session et donc de l’analyse, que sont les activités et les temps, et ayant pour lien dynamique une sociabilité, que se fera la restitution ethnographique de « # 2. Voyages imaginaires : vers une exploration TRANS-photographique ». Mais, et parce que comme dit CJ-II n’est pas une répétition, on voudra ici rendre tangible cette expérience à travers la mise en scène d’une ethnographie visuelle et sonore (restituant une part de l’ambiance musicale) :

Mercredi 17 février 2021. « DJ ! Envoie-nous au Maroc ».

Vendredi 19 février 2021. On jongle aussi avec différents types de photos : polaroïd couleur ou noir et blanc, double exposition, etc. […] On re regarde ses portraits.

On le voit, il y a ici quelque chose de l’ordre de l’esthétisme mais d’un esthétisme cosmopolite qui agit autrement que pour CJ-I, parce que beaucoup plus sonore. Ce choix de rendre compte une partie du projet par un fond visuel et sonore est aussi une tentative restituer autrement le mouvement qui a importé dans cette deuxième séance. En effet, ces voyages imaginaires ont été embarqués par le mouvement et le flou du mouvement, exigeant la présence de l’ouïe et de la vue en particulier, quand pour CJ-I, il était également question du toucher par le travail de la matière plastique, des arts plastiques.


Bibliographie

Renou G. (2009). « Sociabilité(s) », in O. Filleule et al., Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 502-510.

Simmel G. (1991 [1918]). « La sociabilité. Exemple de sociologie pure ou formale », in Épistémologie et Sociologie, Paris, PUF, 121- 136.


1. Procédé technique photographique par lequel on décolle une image polaroïd de son support, en l’ébouillantant délicatement et à l’aide d’un pinceau.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.