08/06_Réflexion autour des “secours premiers besoins”

Cet atelier a été consacré aux « secours premiers besoins », cherchant à questionner ce qui constitue, d’une part, les expériences pratiques et professionnelles autour de cet argent distribué aux jeunes pris·es en charge. D’autre part, il a également été question de témoigner d’une réflexion face à l’objet /outil « secours ». Rugy Diallo, gestionnaire à la CAMNA et Leïla Ouhaddad, éducatrice à la CAMNA nous ont fait part de leurs expériences.

Le « secours premiers besoins » : qu’est-ce que c’est ?

Allocation d’urgence, le « secours premiers besoins » fait partie des aides financières de l’aide sociale à l’enfance. Dans la situation des mineur·es isolé·es et étranger·ères pris·es en charge par le département de la Seine-Saint-Denis, de plus de quinze ans et hébergé·es à l’hôtel, le secours premiers besoins vient en soutien aux situations de vulnérabilités dans lesquelles se trouvent les jeunes confié·es. Versé en espèces ou par virement bancaire (pour les majeur·es disposant d’un compte bancaire), son montant par mois varie entre 300-305 euros pour les mineur·es et 450 euros pour les majeur·es et fonctionne comme une allocation mensuelle. Chaque secours versé fait l’objet d’un arrêté, détaillant le montant du secours et  exposant les motifs de l’allocation, et d’une convocation à la régie DPAS (pour les mineur·es et les versements en espèces). Les secours sont en effet liés à la mesure judiciaire qui confie le/la jeune aux services de l’ASE du département.

Le secours : entre premiers besoins et  outil de la prise en charge

Le secours premiers besoins est incontestablement une porte d’entrée à la prise en charge à la CAMNA : déjà parce qu’il vient en soutien matériel aux jeunes, pourvoit à leurs premiers besoins (manger, se vêtir, se laver et être mobile). Il répond ainsi de l’objectif de prise en charge, parant aux premières vulnérabilités des jeunes. Ensuite, le secours est aussi le support à travailler l’autonomie des jeunes car il leur permet d’entamer un ensemble de démarches administratives comme l’obtention d’une carte d’identité ou encore du passeport. Enfin, le secours est un des outils qui favorise la rencontre entre l’éducateur·rice et le/la jeune. Mais si le secours est un des outils de la prise en charge pour les éducateur·rices, en tant qu’il est une portée d’entrée à la CAMNA, cela ne se fait pas sans générer tensions et ambivalences.

En tant qu’allocation versée par les services départementaux et dans le cadre de la prise en charge, certain·es jeunes revendiquent l’attribution du SPB comme un droit. En effet, il s’agit d’une obligation légale (contrairement aux majeur·es où c’est là une possibilité du département) : le CASF définit ainsi que l’aide sociale à l’enfance a l’obligation de venir au soutien matériel des personnes se trouvant en difficultés qu’il s’agisse de mineur·es, de familles, ou encore de jeunes majeur·es. Les travailleur·ses sociaux·ales sont alors tenu·es par cette obligation légale de répondre aux premiers besoins des MNA. Certain·es jeunes n’en sont dupes : réclamant leur secours en termes de « droit », de « salaire », etc. Cette obligation des secours à attribuer aux jeunes confiées cristallise certaines ambivalences et vient tirailler le droit et les conditions de la prise en charge. Le versement des SPB aux jeunes répond à la fois aux situations de vulnérabilités dans lesquelles se trouvent ces jeunes et à l’urgence de la prise en charge des jeunes mineur·es étranger·ères et isolé·es. Alors, aux prises avec l’urgence et la vulnérabilité des situations, le SPB apparaît-il pour les jeunes comme l’objet premier de leur prise en charge, et autour duquel les jeunes viennent déposer d’autres demandes, quand il est aussi un levier à travers lequel il est possible de s’entretenir de plein de choses.

Usages et représentations du secours 

Ce qu’observe les professionnel·les, c’est que l’argent est quelque chose qui anime les jeunes : c’est à la fois un besoin vital à leurs premiers besoins et l’objet de leur voyage, de leur parcours migratoire. Ces représentations et usages de l’argent mettent en tension le travail éducatif. Support premier à la prise en charge, mais également levier à l’instauration de la relation éducative et à la création de liens sociaux, le secours premiers besoins est aussi ce qui rend le travail quotidien laborieux. D’abord, parce qu’il faut pouvoir répondre aux différentes sollicitations des jeunes : ils n’ont a priori que ce secours pour vivre. Cette prérogative et responsabilité rendent complexe le travail de prise en charge, tant il s’agit à la fois de s’assurer a minima que les jeunes ont le nécessaire pour vivre, que de ne pas assujettir le travail d’accompagnement socio-éducatif à cette seule fin qui serait l’attribution et la distribution du secours. Il y a ici une tension qu’éprouvent les travailleur·ses dans l’exercice de leur mission entre veiller à être dans ses missions et faire attention à ce qu’il se passe autre chose, que la relation éducative ne se fonde pas uniquement sur la demande et la distribution des secours.

Discussion

Souvent de l’ordre du rapport à l’intime, l’argent, qu’il s’agisse ici des secours premiers besoins, engagent des relations : déjà dans la relation à soi où il s’agit de savoir prendre soin de soi, mais aussi, dans les relations aux autres. Et s’il est à même de générer des relations de pouvoir, de conflits, le secours est aussi lieu de relations solidaires, de liens sociaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.