15/06_Temporalités de l’accompagnement. Naviguer entre l’urgence, l’attente, les événements et les incertitudes

mardi 15 juin 2021

Cet atelier a été consacré à la question des temporalités dans le travail de prise en charge des mineur·es non accompagné·es. Trois professionnel·les sont venu·es nous faire part de leurs expériences et réflexions : Anissa Benmalek (éducatrice à la CAMNA), Gilles Garcia, formateur à l’ETSUP et Marion Grellier (éducatrice à En Temps).

Rencontres autour du temps 

Dans le travail social avec les mineur·es non accompagné·es, il y a plusieurs façons d’appréhender la question du temps et des temporalités. Déjà, dans la formation de travailleur·se social·e. Puis, de manière plus transversale, dans l’exercice du travail et dans les échanges avec les jeunes.

Dès les premiers temps de leurs rencontres avec les jeunes, les travaileur·ses sociaux·ales doivent composer avec une certaine immédiateté des jeunes, qui, venu·es en France avec un projet, manifestent d’entrée ce désir d’avoir tout, tout de suite. Cet affrontement des temps de l’urgence (de la mise à l’abri et des urgences portées par les jeunes) rend aussi compte des manières dont s’imbriquent des temporalités propres aux parcours migratoires souvent erratiques, composés de temps suspendus, d’attentes, et à la prise en charge, qui si elle sécurise, inquiète également face aux incertitudes quant à l’avenir.

Entre attentes et incertitudes

À la CAMNA, le temps du travail quotidien est souvent celui de l’urgence et du nombre : il donne accès, il ouvre à un certain nombre de droits (droit à la santé, droit à la mobilité, etc.). Quand toutefois, il est aux prises avec le quotidien, ne sachant comment le partager, le délimiter, l’arbitrer. C’est aussi pourquoi des ateliers « primo-arrivant·es » et « contrat Jeune majeur » ont été mis en place à la CAMNA et qu’il importe aux professionnel·les d’orienter le plus possible et le plus tôt les jeunes dans les structures de l’appel à projet. Là, le temps se travaille plus aisément dans le quotidien, au quotidien. Il est possible de le travailler selon différents arbitrages, à l’intérieur de contraintes temporelles déjà fortes qui le structurent et qui sont celles des politiques sociales en protection de l’enfance et sur les questions de séjour.

Travailler ensemble un projet aux 18 ans

C’est quoi ton projet ? C’est peut-être la phrase qui résume le mieux à la fois l’urgence et la pression du temps dans les situations de prise en charge. En effet, le travail auprès des mineur·es non accompagné·es a ceci de particulier qu’il y a tout à construire sur un temps très court, très comprimé. Du côté des jeunes, il y a comme une socialisation à marche forcée : on leur demande énormément entre très peu de temps. Elles et ils doivent ainsi apprendre à construire leur projet d’avenir en tenant compte des différentes temporalités de leur prise en charge. Car c’est cette structuration dans et à travers le temps, cette socialisation temporelle, qui permet à termes de s’inscrire dans un parcours, de travailler à un projet en ayant pour ligne d’horizon fixe l’échéance des 18 ans. Quand du côté des professionnel·les, il leur faut jouer avec le temps, construire des partenariats pérennes dans le temps afin qu’il soit possible de travailler à un projet qui soit aussi une projection dans l’avenir. Le temps, autant qu’il essaime différentes temporalités, est aussi celui de l’autonomie. Il s’égrène autant dans l’espace, quand il faut trouver le lieu d’apprentissages, un logement autonome, déposer une demande de titre de séjour à la préfecture, etc.

Discussion

Parler du temps, c’est aussi parler de l’espace, et des manières dont le temps s’y matérialise. La situation des jeunes suivi·es au pénal l’illustre bien. Ce n’est pas tant que pour ces jeunes le temps n’a pas d’importance, qu’il y a d’autres prises. Chez ces jeunes, le temps n’est pas celui des projets : leurs rapports aux temps semblent ainsi s’inscrire dans d’autres régimes temporels, dans un présentisme sans pareil. C’est aussi souligner sur le caractère culturel et politique de nos rapports aux temps, qui s’ils structurent nos vies et les projets qu’on y forme, nous définissent autant dans l’action que dans les espaces que nous parcourons. Cette dernière réflexion apparaît tout à fait centrale quant aux manières, qu’a l’intervention sociale, de définir l’urgence, de la travailler à l’intérieur de parcours de vie, desquels s’exerce une violence des temps.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.