Toupie

22/06_Formation, insertion : autonomie

Compte-rendu de l’atelier-formation

« Formation, Insertion : Autonomie »

mardi 22 juin 2021

Cet atelier a été consacré à la notion d’autonomie. Il s’est agi de s’interroger sur ce que veut dire « autonomie », « rendre autonome », « être autonome » : de quoi parle-t-on ? Quelles ambivalences, contradictons, tensions y a-t-il ? Cathy Bousquet (sociologue, ancienne responsable de formation à l’IRTS de Montpellier), Sem Supre (éducateur à la CAMNA) et Blandine Destremau, (sociologue et membre du projet MINA 93) nous ont fait part de leurs expériences et réflexions.

Introduction

Dans son acception la plus large, l’autonomie fait figure de synonyme de liberté. Dans le même temps que dans le travail social, cette notion est travaillée dans certains cadres, qui énoncent des formes et des degrés d’autonomie à atteindre, autant comme objectif que comme point d’étape pour que se poursuive l’intervention sociale. Ce qu’on observe également, c’est que l’autonomie, telle que revendiquée par les personnes se vit sous une autre forme que celle souhaitée par les politiques publiques, et tout particulièrement par les politiques sociales.

Enseigner l’autonomie, c’est faire des choix pédagogiques

Le dictionnaire critique d’action sociale définit l’autonomie comme la liberté, le droit de se gérer seul·e dans un environnement donné. Cette définition lie explicitement deux éléments : celle de la capacité, de la liberté et celle du droit. Dans la formation en travail social, le postulat pédagogique de départ est alors de ne pas considérer l’autonomie comme une valeur mais un objectif recherché, faisant partie de la praxis de l’intervention sociale. L’être humain est par nature dépendant, interdépendant ; voilà le référentiel de départ de l’intervention sociale. En parlant d’autonomie, on se réfère alors à un double postulat. D’une part, il s’agit du droit à la personne de se construire en tant que sujet dans un environnement donné. D’autre part, parler d’autonomie, c’est faire référence à ce qui constitue la personne humaine. L’autonomie est donc liée à la condition ontologique des êtres humains. C’est aussi affirmer que la citoyenneté participe d’une double acception qui est à la fois le résultat et la finalité du travail social, en même temps qu’elle ne doit pas être attachée aux droits mais doit être hissée comme la reconnaissance unique de la dignité humaine.

Soyez autonomes !

Pour parler de l’injonction à l’autonomie à laquelle font face les jeunes mineur·es non accompagné·es (MNA) dans leur prise en charge, on peut se référer étymologiquement et philosophiquement à la notion d’« autonomia », que l’on peut traduire par la faculté d’agir par soi-même. Partant de là, la question de l’accompagnement vers l’autonomie suppose, si ce n’est de s’affronter aux normes de l’agir, de définir le périmètre et le contenu du soutien apporté, notamment dans son articulation avec les dispositifs existants en matière d’éducation, d’insertion, de logement, d’emploi et de jeunesse. On retrouve bien là cette idée que l’accompagnement à l’autonomie relève d’un processus d’émancipation des individus. À la CAMNA, trois axes ou pôles participent donc de ce travail sur l’autonomie : l’accès à la santé/aux soins, là a formation/insertion, et aux démarches administratives. Dans l’accompagnement proposé aux jeunes, il s’agit alors de s’accorder sur les critères pour co-constuire avec elles et eux cet accompagnement et les rendre ainsi acteur·rice de leur accompagnement.

Discussion

Les différents dispositifs de l’intervention sociale fixent l’accompagnement des personnes, définies en partie comme vulnérables, dans un travail individualisé qui doit les conduire à leur autonomie. Or, et la situation des MNA l’illustre bien, il ne faut pas oublier qu’il s’agit plus d’une somme d’actions à entreprendre, répondant avant tout d’un impératif de socialisation à la société française et à ses normes sociales. Cette manière de poser l’autonomie au niveau de l’individu et comme fin oblitère que l’autonomie répond moins d’un état que d’un travail. C’est aussi souligner que l’autonomie est à dimension variable selon les besoins des individus, relative à l’âge, dans un environnement particulier et temporalités. Perdre de vue cela, confondre la fin et les moyens, c’est se mettre face à la dimension moralisante de l’idéologie néo-libérale, qui pour rendre les individus autonomes, les pensent comme responsables et n’ont le droit à ce titre de n’être que momentanément vulnérables. Mais s’efforcer à être autonome doit davantage rendre compte d’une obligation de moyens : comme dit, l’autonomie n’est pas un état mais un travail d’autonomie. C’est peut-être ainsi qu’il sera possible de permettre ce mouvement : adapter les politiques publiques à aux individus pour les intégrer (et sans que ne soit invoquée la rhétorique de l’appel d’air). C’est sans doute aussi par cela qu’il sera possible de parler d’autonomie collective pour  remettre du collectif et du politique dans autonomie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.