Colloque final ANR Piaf : Identification et citoyenneté en Afrique

© Richard Banégas

9 & 10 Septembre 2021

La vie sociale des papiers en Afrique

Science Po CERI, 56 rue Jacob – Paris 06

 

A l’instar d’autres régions du monde soumises aux nouvelles règles du capitalisme digital, l’Afrique connaît une expansion rapide des nouvelles technologies d’identification des personnes. Près de la moitié de la population du continent africain serait actuellement dépourvue d’identité légale, le phénomène s’étendant bien au-delà des « enfants-fantômes » et des populations « à risque d’apatridie ».
Fondé sur cinq années de recherche collective dans une douzaine de pays d’Afrique subsaharienne, ce colloque interroge les rapports entre identification légale, surveillance et citoyenneté, de l’après-guerre à l’époque actuelle de diffusion globale des normes biométriques. Il propose de discuter les travaux menés par une vingtaine de chercheurs et de chercheuses au sein du programme ANR PIAF visant à explorer empiriquement « la vie sociale et politique des papiers d’identité » et les régimes de véridiction des identités qui se sont constitués dans le temps long de la formation des États et des sociétés.

Ces recherches analysent l’articulation des dispositifs matériels et techniques de l’identification aux processus étatiques de formation de la nation consistant à inclure, exclure ou contrôler les individus. Elles pointent les effets délétères et la violence sociale des politiques d’identification, souvent mises en œuvre au nom de l’inclusion des « invisibles » et du « développement ». Mais sous le couvert des grands programmes dépolitisants, ces travaux soulignent aussi comment ces technologies sont réinvesties « par le bas » et participent à la production de nouvelles subjectivités morales et politiques.

Ce colloque cherche à restituer l’historicité et l’ambivalence de ces dynamiques contradictoires, à explorer la pluralité des instances et des acteurs de l’identification et à réfléchir sur la complexité des relations que les individus entretiennent avec ces écritures bureaucratiques ou biométriques de soi.

Par-delà l’opposition classique entre surveillance et reconnaissance, l’analyse des dispositifs d’identification – orale, documentaire ou biométrique – et l’étude des usages sociaux des « papiers » permettent d’observer très concrètement les transformations et le fonctionnement de l’État, les pratiques de citoyenneté et les processus sociaux de formation de la personne dans des sociétés africaines réputées communautaires et rétives à la raison bureaucratique.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Pour suivre le colloque à distance :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.