De qui suis-je le délinquant ? Comprendre la stigmatisation des jeunes étrangers

Ce dossier de la revue Mémoires « Déboutés de l’enfance. Mineurs en quête d’asile » revient sur un certain nombre de discours produits sur les jeunes étranger·ères, ainsi que sur les prises de positions tenues et leurs effets sur les trajectoires et parcours des jeunes.

 

Dans l’article paru dans ce numéro, Emeline Zougbédé nterroge les représentations et la stigmatisation dont font l’objet les jeunes garçons.

Résumé. Depuis les années 1990, il y a eu toute une série d’appellations selon les administrations et les institutions pour catégoriser les jeunes étrangers : « jeunes errants » pour l’Aide sociale à l’enfance (ASE), « mineurs demandeurs d’asile » pour l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), ou bien « mineurs étrangers sans-papiers », même si cette catégorisation est juridiquement incorrecte.. En apparence communes, ces dénominations renvoient pourtant à des régimes administratifs et juridiques différents , instaurent des régimes de représentation particuliers de ces jeunes selon les époques. Ainsi, le passage de la catégorie du « mineur isolé et étranger » (MIE) à celle du « mineur non accompagné » (MNA) s’inscrit-il dans ce même processus. Car, si à partir de 2016, le terme de MNA se substitue à celui de MIE dans un souci d’harmonisation avec la législation européenne, c’est aussi, selon les législateur·rices, avec la volonté de mettre l’accent sur la notion d’enfant plus que sur celle d’étranger, et ainsi d’admettre les jeunes étrangers comme composantes des publics de l’ASE. En ce sens, l’anaphore récurrente inscrite dans de nombreux discours politico-médiatiques qui fait des jeunes étrangers les responsables d’une montée de la délinquance et de l’insécurité dans les villes et les territoires français surprend, autant qu’elle mérite que l’on s’y arrête.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.