Tous les articles par Émeline Zougbede

Ma thèse, à la croisée d’une socio-anthropologie des migrations et d’une anthropologie politique, a traité des situations d’emploi de travailleurs migrants sans-papiers, originaires de la vallée du fleuve Sénégal et vivant dans la région parisienne. Elle en a exploré les logiques économiques et politiques, lesquelles loin d’être concurrentes, sont complémentaires. Les politiques migratoires à l’endroit du séjour et du travail des étrangers, évoquant un droit subjectif, en viennent à autoriser et à absoudre les déréglementations croissantes des marchés du travail français, particulièrement en termes de flexibilité et de précarité. Dans cette optique, ma thèse s’est attachée à montrer comment s’articulent la fragmentation des statuts d’emploi et celle des statuts juridiques, comment s’agissant de l’emploi des migrants sans-papiers, elles ne peuvent être pensées l’une sans l’autre. Suivant une pensée foucaldienne, l’imbrication de logiques économiques et politiques m’a ainsi autorisé à penser l’accentuation d’un gouvernement des corps. Ce gouvernement des corps s’inscrit dans un dispositif d’action publique qui n’est autre que celui de l’admission exceptionnelle au séjour par le travail que décrit la circulaire du 28 novembre 2012, dite circulaire « Valls ». Dans mes travaux de recherche actuels, je continue à traiter ces questions. M’intéressant davantage aux manières dont sont travaillées certaines catégories de l’action publique, et particulièrement celle du travailleurs sans-papiers, je mène depuis près de trois ans une ethnographie des mobilisations collectives de travailleurs sans-papiers soutenues par la CGT. D’une part, j’interroge les possibilités de telles mobilisations au regard du cadre législatif relatif à la régularisation par le travail en portant une attention aux caractéristiques sociales des acteurs concernés et questionne l’usage de la législation relative au travail comme arme dans la revendication de la régularisation. D’autre part, par cette ethnographie détaillée qui investit différents espaces d’énonciation des controverses sociojuridiques relatives au travail des sans-papiers mais aussi à l’asile (qu’elles soient celles des sans-papiers, des associations et syndicats, des employeur·se·s, des institutions et des administrations comme la préfecture ou encore l’inspection du travail), j’analyse les processus de négociation à l’œuvre, notamment autour des normes autorisant des interprétations, voire des formes de détournement, du cadre législatif, à la fois saisies chez les grévistes et leurs soutiens, mais aussi chez les agent·e·s de la préfecture de Paris. Par cette recherche, je m’intéresse donc aux formes d’engagement et de repolitisation de la question migratoire par les acteurs eux-mêmes, mais aussi aux processus de conversion, de transfert et de négociation qui peuvent se faire dans un cadre syndical et militant, mais aussi public et qui participent de la remise en cause de dispositifs de contrôle des mobilités humaines.

MIE en Seine-Saint-Denis : histoire d’une catégorie

Ce dernier numéro  de la revue Plein  Droit est consacré aux mineur·es non accompagné·es. Dans un article paru dans ce numéro, Simon Protar et Emeline Zougbédé reviennent d’abord sur l’histoire de la catégorie du mineur·e isolé·e étranger·ère (MIE), puis sur celle du mineur·e non accompagnée (MNA) et les manières dont ces deux catégories se sont déployées dans le département de la Seine-Saint-Denis

Résumé. La prise en charge des personnes étrangères mineures et isolées en Seine-Saint-Denis, d’abord guidée par l’impératif de protection de l’enfance en danger, s’est réorganisée autour d’un traitement différentiel fondé sur l’extranéité. L’analyse des archives départementales des services de l’aide sociale, réalisée dans le cadre du projet MINA 93 , restitue ce processus interne. Opposé à ce tournant, qui s’imposera comme un modèle dans nombre de départements, le Gisti a souvent dénoncé la dégradation des pratiques du 93, en particulier lorsqu’en 2011 , son président a choisi de laisser pendant des mois des enfants à la rue pour obtenir une aide de l’État.

Identifier les jeunes à protéger, par Julien Long

Ce dernier numéro  de la revue Plein  Droit est consacré aux mineur·es non accompagné·es. Dans un article paru dans ce numéro, Julien Long retrace les continuités entre les différentes formes d’identification et de prise en charge des jeunes isolés étrangers en France depuis 1945.

Résumé. Loin d’être un phénomène nouveau, la migration des jeunes venus d’ailleurs sans leur famille fait depuis les années 1990 l’objet d’une politisation accrue. Cependant, l’analyse du processus de catégorisation des mineurs isolés étrangers depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est révélatrice de l’emprise des logiques politiques, héritées de l’époque coloniale et de la guerre froide, qui sous-tendent aujourd’hui encore la compréhension de la migration juvénile par les institutions. S’observe ainsi une continuité dans les pratiques d’identification et de prise en charge de l’enfance en danger, entre logique de police et raison humanitaire.

Spécialiser les dispositifs d’accueil et d’accompagnement pour les mineurs non accompagnés : du sur mesure à l’action collective

Ce numéro de la revue Sciences et Actions sociales interroge les politiques publiques et les collaborations intersectorielles qu’elles portent sous l’angle de la réponse aux besoins des jeunes en situation de vulnérabilité

L’article d’Emeline Zougbédé paru dans ce numéro, à partir de l’étude locale d’un service de l’aide sociale à l’enfance dédié à la prise en charge de mineurs non accompagnés,  documente les manières dont la mise en œuvre de partenariats et de collaborations intersectorielles concourt au travail en protection de l’enfance. On montre que c’est à partir de la prise en compte des vulnérabilités de ces jeunes, autant du fait de leur condition de mineur que d’étranger, et des problématiques – parfois complexes – qui sont les leurs, que se mettent en place des dispositifs spécifiques et expérimentaux qui visent à un meilleur accueil et accompagnement, fondé sur le partenariat et la collaboration intersectorielle.

De qui suis-je le délinquant ? Comprendre la stigmatisation des jeunes étrangers

Ce dossier de la revue Mémoires « Déboutés de l’enfance. Mineurs en quête d’asile » revient sur un certain nombre de discours produits sur les jeunes étranger·ères, ainsi que sur les prises de positions tenues et leurs effets sur les trajectoires et parcours des jeunes.

 

Dans l’article paru dans ce numéro, Emeline Zougbédé nterroge les représentations et la stigmatisation dont font l’objet les jeunes garçons.

Résumé. Depuis les années 1990, il y a eu toute une série d’appellations selon les administrations et les institutions pour catégoriser les jeunes étrangers : « jeunes errants » pour l’Aide sociale à l’enfance (ASE), « mineurs demandeurs d’asile » pour l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), ou bien « mineurs étrangers sans-papiers », même si cette catégorisation est juridiquement incorrecte.. En apparence communes, ces dénominations renvoient pourtant à des régimes administratifs et juridiques différents , instaurent des régimes de représentation particuliers de ces jeunes selon les époques. Ainsi, le passage de la catégorie du « mineur isolé et étranger » (MIE) à celle du « mineur non accompagné » (MNA) s’inscrit-il dans ce même processus. Car, si à partir de 2016, le terme de MNA se substitue à celui de MIE dans un souci d’harmonisation avec la législation européenne, c’est aussi, selon les législateur·rices, avec la volonté de mettre l’accent sur la notion d’enfant plus que sur celle d’étranger, et ainsi d’admettre les jeunes étrangers comme composantes des publics de l’ASE. En ce sens, l’anaphore récurrente inscrite dans de nombreux discours politico-médiatiques qui fait des jeunes étrangers les responsables d’une montée de la délinquance et de l’insécurité dans les villes et les territoires français surprend, autant qu’elle mérite que l’on s’y arrête.

 

 

Le colloque MINA 93 dessiné par Charlotte HOWLAND

Graphiste, styliste, jusqu’au-boutiste, enjouée et polyvalente
dotée d’un gout prononcé pour l’illustration,
la linogravure et la sérigraphie, Charlotte Howland a suivi les deux journées du colloque du projet MINA 93 qui s’est déroulé les jeudi 09 et vendredi 10 décembre 2021.

Elle en a sorti une série de quatre dessins, résumant les quatre sessions du colloque.

Session 1. CATEGORISER LES PUBLICS DE JEUNES MIGRANT·ES

Session 2. LE TRAVAIL SOCIAL AU QUOTIDIEN : OUTILS ET ACTEURS DE LA PRISE EN CHARGE

Session 3. DEVENIR AUTONOME : PENSER LES INSERTIONS PROFESSIONNELLES ET SOCIALES

Session 4. DEFINIR L’ACTION ? POUR UNE ETHIQUE DE LA RECHERCHE ET DU TRAVAIL SOCIAL

Seine-Saint-Denis, le magazine : Focus sur le colloque MINA 93

© Laura Pioch, Institut Convergences des Migrations.

A l’occasion du colloque du projet MINA 93,

« Accueillir les mineurs non accompagnés en Seine-Saint-Denis

Retour d’expérience sur une recherche-action »

qui s’est tenu les jeudi 09 et vendredi 10 décembre 2021, Christophe Lehousse,  journaliste au magazine du département, a suivi la première journée du colloque et a rencontré différent·es intervenant·es  venu. 

« Depuis 2016, la prise en charge des mineurs non accompagnés incombe exclusivement aux départements. Historiquement, la Seine-Saint-Denis a toujours consacré des efforts importants à l’accueil de ces migrants de moins de 18 ans, en dépit d’un abandon progressif de la part de l’État. Dans une démarche assez inédite, le Département a ouvert ses archives à des chercheurs de l’Institut Convergence Migrations, ce qui a donné lieu à un colloque les 9 et 10 décembre dernier […]  »

Retrouvez l’article écrit par Christophe Lehousse, en entier, ici.

 

Colloque final

Colloque final du projet MINA 93


Jeudi 09 Décembre 2021

Auditorium de la Bourse du Travail de Bobigny – 1 rue de la Libération, 93 000 BOBIGNY

&

Vendredi 10 Décembre 2021

Salle 100 du Centre de Colloques, Campus Condorcet – 10 rue des Fillettes, 93 300 AUBERVILLIERS

 

Argumentaire. La réalisation de ce colloque s’inscrit dans le cadre du projet Mineurs non accompagnés en Seine-Saint Denis : parcours, trajectoires, dispositifs (MINA 93) porté par un groupe de chercheur·ses de diverses institutions (CNRS, ENS Lyon, IRD, Université Paris 8, Université de Nantes et EHESS), affilié·es à l’Institut Convergence Migrations (ICM, axes Health et Policy). Ce projet a été initié dans le contexte d’un débat public clivé sur la question des mineurs non accompagnés en France, du fait de l’augmentation de leur nombre depuis 2017 dans les services départementaux de la protection de l’enfance, notamment dans le département de la Seine Saint Denis (93).

Ce projet de recherche a été l’occasion d’engager un partenariat avec les acteurs sociaux du département de la Seine Saint Denis, et en particulier celleux exerçant au sein de la « Cellule d’accompagnement des mineurs non accompagnés » (CAMNA). Créée en 2018 et située à Bobigny, cette cellule est dédiée à la prise en charge des jeunes reconnu·es confié·es au titre de la protection de l’enfance. À ce titre, elle assure autant le suivi socio- éducatif des jeunes, que leur suivi administratif et judiciaire.

L’objectif de ce colloque est de présenter les résultats de l’enquête sur un dispositif de prise en charge spécialisée des MNA ; mais aussi de revenir, de façon réflexive, sur le partenariat lui-même, les enjeux de la recherche collaborative, et les questions éthiques soulevées. En effet, le programme MINA93 s’est déroulé comme une recherche-action collaborative dans laquelle les ateliers-formation avec les professionnel.les ont pris autant de place que l’enquête de terrain. En ce sens, l’enjeu de ce colloque sera de revenir sur le processus de l’enquête comme intervention, et d’interroger ce qu’elle fait à l’action sociale.

Quatre sessions thématiques rythmeront ces deux journées de colloque.

Programme du Colloque MINA 93

Je m’inscris

Comité scientifique : Alice Best (Responsable de l’ODPE, CD 93) / Doris Bonnet (DR Anthropologie, Ceped, IRD & fellow de l’ICM) / Yasmine Bouagga (CR CNRS Science politique, Triangle, ENS Lyon & fellow de ICM) / Jean-Barthelémi Debost (Responsable de la médiation scientifique et du partenariat avec les acteurs locaux, ICM) / Blandine Destremau (DR CNRS Sociologie, Iris, EHESS & fellow de l’ICM) / Camille Dubuit (Responsable adjointe, CAMNA, CD 93) / Nora El Qadim (MCF Science politique, Cresppa, Paris 8 & fellow de l’ICM) / Julien Long (Doctorant Histoire, CRHiA, U. de Nantes & fellow de l’ICM) / Lou Martinelli (Responsable adjointe, CAMNA, CD 93) / Isabelle Poulain (Responsable, CAMNA, CD 93) / Simon Protar (Doctorant Science politique, Triangle, ENS Lyon) / Marie Roques (Responsable du pole administratif des groupements/ Chargée d’étude à l’ODPE, CD 93) / Camille Tétart (Master Sciences sociales, Urmis, U. de Paris) / Emeline Zougbédé (Post-doctorante département Policy, Proclac, ICM & fellow ICM).

Séminaire nomade #3 – Ethique et déontologie de la recherche auprès des mineurs protégés

Séminaire nomade #3 

Éthique et déontologie de la recherche auprès de mineurs protégés

Le 10 novembre 2021

de 9h00 à 16h30

La vieille Charité, Marseille 

Salle le Miroir 

Et en distanciel 

Inscription (obligatoire) :

En distanciel : via la plateforme IdealCo 

En présentiel : aurelie.fillod-chabaud@justice.gouv.fr

Séminaire organisé par la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse en partenariat avec la Mission de recherche Droit et Justice et l’Observatoire national de la Protection de l’enfance. Avec le soutien du Centre Norbert Élias (UMR 8562, Marseille).

Pour retrouver le programme sur le site internet de la Mission cliquez ici

 

Journée départementale “Ré-enchantons le sens de son métier en protection de l’enfance”

Stéphane Troussel

Président du Département de la Seine-Saint-Denis

et

Nadia Azoug

Vice-présidente chargée de l’enfance, de la prévention et de la parentalité ont le plaisir de vous convier à la

Journée départementale « Ré-enchantons le sens de son métier en protection de l’enfance »

Le mardi 9 novembre 2021 à 8h30

Bourse du Travail
1 rue de la Libération – Bobigny

 

Invitation Journée Réenchantons nos pratiques

19/10_Initiation à la cartogrphie sensible & narrative

Atelier

Cartographie sensible et narrative

Mardi 19 Octobre 2021

9 heures 30 – 13 heures 

La Cartographie sensible et narrative : qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une méthode employée par les géographes et qui cherche à rompre avec les méthodes de la cartographie classique. Par la cartographie sensible et narrative, il s’agit d’introduire les émotions en géographie, comme des éléments de la topographie des lieux (vécus), favoriser l’imprécision pour travailler à la mise en carte de perceptions plurielles de l’espace, collectivement.

Un atelier pour quoi faire ?

Dans la continuité de l’enquête du projet MINA 93, seront. bientôt organisés des ateliers de cartographie avec les jeunes de la CAMNA (un peu sur le modèle des ateliers photographiques de Citoyenneté Jeunesse). Le but de ces ateliers sera d’amener les jeunes à réfléchir, collectivement et individuellement aux manières dont elles et ils peuvent (se) représenter cartographiquement leur prise en charge.

Un premier atelier découverte

Avant le lancement de ces ateliers avec les jeunes, un atelier d’intiation est proposé aux professionnel·les de la CAMNA. Il aura lieu le mardi 19 octobre 2021, en présence de Florence Troin, géographe/cartographe à l’Université de Tours.