Archives de catégorie : Notes de terrain

NOTE No 1-3_C’est une autre pièce

C’est un bâtiment ceinturé de talus.

C’est un bâtiment de sept étages, faits de multiples  pièces.

Mais c’est aussi une maison de deux étages.

On y entre par de grandes portes vitrées. On peut maintenant aller à droite ou à gauche, dans cet espace modulable, au gré des prises en charge.

Et puis, au fond, peut-être tout à droite – où serait-ce à gauche ? -, il y a cette pièce.

C’est comme une autre petite maison, dans laquelle on est invité·es à s’asseoir et à parler.

Dans cette pièce, semblable à une petite maison dans cette grande maison, il y a cet homme, qui écoute : ces enfants et ces lames.

 

 

Les voyages imaginaires II Ou “Vers une exploration TRANS-photographique”

Extrait sonore © Omah Lay, Godly (2020)

La deuxième session du projet mené en partenariat avec l’association Citoyenneté Jeunesse (CJ) s’est déroulée du 15 février 2021 au 19 février 2021. Comme pour la première session, elle a réuni des jeunes pris·es en charge à la CAMNA : plus précisément, sept jeunes y ont participé. À noter que contrairement aux jeunes de la première session qui étaient des primo-arrivant·es pour la plupart (c’est-à-dire qu’elles et ils venaient d’être pris·es en charge), les sept jeunes qui ont participé à la deuxième session du projet sont depuis un peu plus longtemps pris·es en charge à l’aide sociale à l’enfance, et sont de ce fait déjà inséré·es dans leur accompagnement socio-éducatif, car aussi en majorité scolarisé·es. On doit alors souligner certaines dispositions de ces jeunes dans leurs façons d’agir, de penser, de percevoir qu’elles et ils ont incorporées au cours de leur parcours migratoires et de prises en charge à l’aide sociale à l’enfance. Ces sept jeunes sont originaires du Maghreb pour deux d’entre eux et d’Afrique de l’Ouest pour les autres.

Si la première session du projet de CJ (CJ-I) était une invitation aux voyages imaginaires, à l’imaginaire des voyages, dans cette deuxième session (CJ-II), il a davantage été question d’une transfiguration de soi par l’objectif de l’appareil : le flou et le mouvement ont été les maîtres-mots.

Il y a néanmoins, entre ces deux sessions, des lieux communs, des ponts à faire. On peut regarder comment la première session (CJ-I) à augmenter l’expérience de la deuxième (CJ-II), à travers les savoir-faire, les savoir-être. Autant parce que, quand bien même différent, CJ-II était d’avance déjà un peu connu :

Lundi 15 février 2021. On est au premier jour de cette deuxième session. Une éducatrice conduit un jeune dans la grande salle de réunion au deuxième étage. C’est là que se déroulera aussi cette nouvelle semaine d’ateliers. Le laissant sur le pas de la porte, elle dit :« Installez-vous ! Enlevez votre bonnet, votre manteau. Détendez-vous ! ».

Ces quelques mots indiquent par eux-mêmes une confiance accordée, installée entre les différents partenaires de ce projet(l’association CJ, les deux photographes et les agent·es de la CAMNA) ; confiance qui se traduit notamment dans l’espace de la CAMNA investi par les deux photographes :

Lundi 15 février 2021. Une des deux photographes, après avoir expliqué à tous·tes le programme de la semaine, annonce que nous allons faire des photos par binômes ou trinômes. Elle ajoute : « La CAMNA, vous allez voir, c’est un super terrain de jeu ».

Avant de poursuivre, je voudrais appuyer sur cette circulation dans l’espace, dans les différents espaces de la CAMNA. Si elle a partie liée avec une mise en confiance réciproque, elle est aussi source de sociabilités. Par sociabilités, je fais ici référence à cette capacité humaine à vivre ensemble, à aimer se retrouver et converser (Renou, 2009). Mais aussi, aux manières dont le philosophe allemand Georg Simmel (1991) la définit, soit cette « forme ludique de la socialité », c’est-à-dire « un jeu au cours duquel chacun fait “comme si” tous étaient égaux ». La notion de sociabilité dénote donc d’une capacité à évoluer, à pénétrer des réseaux sociaux, qui vise à la participation collective, « en tant qu’elle inscrit celui qui s’y engage dans un groupe humain de référence qui, en retour, lui offrira une affiliation sociale » (Renou, 2009 : 503).

Vendredi 19 février 2021. Il est 10heures. Un jeune arrive avec un nouveau. Au dernier jour du projet, nous restons quelque peu circonspect·es.

Cette anecdote est remarquable parce qu’elle donne à voir le groupe créé durant cette semaine d’ateliers et créant du liant, mais aussi l’assurance du jeune qui « prend en charge » le nouveau, lui indiquant le chemin de l’atelier. Il s’avérera que le jeune nouveau se sera trompé d’ateliers, étant venu pour l’atelier « Jeunes majeur·es » du vendredi matin.

Enfin, une dernière considération liminaire. CJ-II n’est pas une répétition de CJ-I. Il a été question de proposer autre chose : dans le contenu et dans le format. Déjà, parce qu’il s’est agi de partir d’un autre travail d’artiste-photographe. Ensuite, parce que la première session a permis de penser cette deuxième en en démultipliant les activités et pôles, les groupes et binômes et les temps :

Mercredi 17 février 2021. Un des jeunes est dans la salle avec une des photographes : il est en train de faire une émulsion1. Dans l’espace du studio photo – un espace vide entre des bureaux – les autres jeunes prennent des photos :l’un photographe, l’autre modèle. La seule fille de la session se prend elle-même en photo, créant des story sur un de ces réseaux sociaux qu’elle affectionne, chantant et dansant. […] Cet après-midi sera un peu comme ce matin : il y aura un atelier retouche et un atelier photo floues. Entre, les jeunes auront la possibilité de reprendre des photos avec les compactsou les réflexes.

C’est à travers ces deux dimensions structurantes de cette deuxième session et donc de l’analyse, que sont les activités et les temps, et ayant pour lien dynamique une sociabilité, que se fera la restitution ethnographique de « # 2. Voyages imaginaires : vers une exploration TRANS-photographique ». Mais, et parce que comme dit CJ-II n’est pas une répétition, on voudra ici rendre tangible cette expérience à travers la mise en scène d’une ethnographie visuelle et sonore (restituant une part de l’ambiance musicale) :

Mercredi 17 février 2021. « DJ ! Envoie-nous au Maroc ».

Vendredi 19 février 2021. On jongle aussi avec différents types de photos : polaroïd couleur ou noir et blanc, double exposition, etc. […] On re regarde ses portraits.

On le voit, il y a ici quelque chose de l’ordre de l’esthétisme mais d’un esthétisme cosmopolite qui agit autrement que pour CJ-I, parce que beaucoup plus sonore. Ce choix de rendre compte une partie du projet par un fond visuel et sonore est aussi une tentative restituer autrement le mouvement qui a importé dans cette deuxième séance. En effet, ces voyages imaginaires ont été embarqués par le mouvement et le flou du mouvement, exigeant la présence de l’ouïe et de la vue en particulier, quand pour CJ-I, il était également question du toucher par le travail de la matière plastique, des arts plastiques.


Bibliographie

Renou G. (2009). « Sociabilité(s) », in O. Filleule et al., Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 502-510.

Simmel G. (1991 [1918]). « La sociabilité. Exemple de sociologie pure ou formale », in Épistémologie et Sociologie, Paris, PUF, 121- 136.


1. Procédé technique photographique par lequel on décolle une image polaroïd de son support, en l’ébouillantant délicatement et à l’aide d’un pinceau.

Note n°2 – Les noeuds de la prise en charge

Le projet MINA 93 a pris le parti d’adopter un questionnement large sur un territoire délimité (celui du département de la Seine-Saint-Denis) avec un double objectif :

-d’une part, il s’agit de décrire les dispositifs institutionnels et pratiques professionnelles de prise en charge du 93 à destination des mineur·es isolé·es ;

-d’autre part, il est question d’interroger les manières dont ces dispositifs et pratiques structurent les trajectoires des jeunes.

Partant, l’ethnographie du quotidien de la Cellule des mineurs non accompagnés (CAMNA) participe à structurer ce questionnement. S’il en ressort de manière très saisissante une complexité de la prise en charge, une des façons de la traiter est d’identifier des noeuds, au sens anthropologique, c’est-à-dire pris comme des systèmes d’interactions dans et par lesquels se créent différentes dynamiques et relations, qui structurent et bornent en partie la prise en charge. Soit comme autant de métonymies d’une prise en charge plus large, d’un parcours de prise en charge.

Six noeuds ont ainsi été repérés, qui à notre sens façonnent, modèlent, donnent corps à la prise en charge.

“Tout marche ensemble. Si tu n’as pas la fiche Nina […] Tu pourras pas ouvrir de compte bancaire”

[Extrait du carnet de terrain, 03/02/2021]

‘I love you’ : les voyages imaginaires

« Que racontent vos mains ?

Qu’ont-elles fabriqué ?

Réalisé, accompli, rêvé, touché, … ?

Quels rêves, quels souvenirs portent-elles ? Quelles sont leurs histoires ? »

La Nef, Manufacture d’utopies, L’appel à tes mains, 2012, Projet.

Si c’est dans le cadre d’un projet artistique initié en 2012, L’appel à tes mains, que le metteur en scène Jean-Louis Heckel a voulu que des personnes se racontent, déroulent le fil de leur vie et tout cela autour de leur travail, c’est dans un tout autre cadre qu’a pris place le projet de l’association Citoyenneté Jeunesse Seine-Saint-Denis, les “Voyages imaginaires”. Parce que le travail artistique est peut-être toujours un work in progress, pour restituer ce qu’il en a été, attendons que les actrices et acteurs finissent de se préparer en coulisses.

Chop My Money (I Don’t Care), P-Square, 2011

[première chanson des ateliers]

Par Emeline Zougbédé

© Crédits photos : Emeline Zougbédé

NOTE No 1-1_A l’accueil des vigiles

A l’accueil des vigiles

note no 1-1_Octobre 2020*

C’est un hall, une réception, un sas, un seuil… Qui accueille. Si deux vigiles s’y tiennent en permanence, les missions qu’ils embrassent ne sont guère réductibles à des tâches sécuritaires. Aussi, cet accueil des vigiles, a-t-il différentes fonctions : celle de filtre, d’orientation, de renseignement, d’attente informelle, etc.

Quand on entre par une des doubles portes vitrées sur lesquelles sont affichées différentes informations générales, notamment relatives aux horaires d’ouverture de la Cellule d’accompagnement des mineur·es non accompagné·es, on fait tout d’abord face au bureau où se tiennent les vigiles. Sur ce bureau, il y a deux écrans de caméras. À la gauche du visiteur·se, des bannettes pour le dépôt de documents. Sur la droite, dans le fond, une armoire pour déposer les effets personnels. La pièce est grande et donne sur l’ancienne salle d’attente de l’accueil, le « bocal », à gauche. À droite, un mur de vitres laisse apercevoir un escalier en colimaçon, dans le fond, quelques anciens bureaux des éducateur·rices (désormais au premier étage).

 

Dans ce hall, à cet accueil des vigiles, se jouent plein de choses qui, parce qu’elles sont administrées au seuil, inaugurent la prise en charge et tout ce qu’elle contient. Une prise en charge qui est aussi celle d’une présence. « Les jeunes déposent des choses devant moi », m’a dit un jour un éducateur de la CAMNA. C’est qu’en ce seuil, on se déplace, on s’y dépose…


*Cet article restitue deux mois d’observations dans ce hall et avant que des travaux de réaménagement du RDC ne soient engagés. 1 L’utilisation du terme « seuil » renvoie ici aux différents travaux qui s’adressent à la compréhension des rites et des rites d’institution (Van Gennep A., [1909] 1989, Les rites de passage, Paris : Picard ; Bourdieu P., 1982, Les rites comme actes d’institution. Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 43, no 1, pp. 58-63). Le « seuil » est alors, dans cette configuration ce moment liminaire, c’est-à-dire cet entre-deux moment, qui marque le début de la prise en charge (et on pense ici aux primo-arrivant·es qui se présentent pour la première fois devant ce seuil) (Van Gennep, [1909] 1989). Mais le « seuil » peut-être aussi cette limite, cette séparation qui marque entre ceux et celles qui accomplissent le rite de ceux et celles qui ne l’accompliront jamais (Bourdieu, 1982). La place manque ici pour un plus long développement, mais retenons que dans la compréhension de ce seuil que dessine « l’accueil des vigiles », il s’agit de penser à travers les lieux et les espaces, les temporalités de la prise en charge qui, saisie au prisme du rite de passage comme acte d’institution, viennent baliser les parcours des jeunes pris·es en charge. Cette réflexion sera reprise dans un autre article. 2 Depuis septembre 2020, des travaux ont été engagés, non pas au niveaux de « l’accueil des vigiles », mais au-delà des portes battantes. Ces travaux ont reconfiguré les tracés et les présences dans le hall d’entrée. 

NOT No 1 – Les lieux et les espaces de la prise en charge

Comment les lieux sont-il pensés pour et dans la prise en charge ? Comment ces lieux ou d’autres prennent-ils vie à travers des questions, des problèmes, des urgences qui les transforment en espace de prise en charge ?

Quiconque entre dans un lieu est  frappé par son décor, son décorum, les activités et interactions qui s’y passent, les absences et les présences. Cet essai de comprendre comment on prend en charge et comment est-on pris·e à travers la circulation dans les lieux et les espaces, d’effectuer des tracés, des tâches de ces présences, si ce n’est absences. Cet essai de cartographier les tracés des jeunes mais aussi ceux des travailleur·ses sociaux·ales, et finalement de toute personne qui traversent physiquement la cellule des mineurs non accompagnés semble des plus significatifs et pertinents.