Archives de catégorie : Ressources

Séminaire nomade #3 – Ethique et déontologie de la recherche auprès des mineurs protégés

Séminaire nomade #3 

Éthique et déontologie de la recherche auprès de mineurs protégés

Le 10 novembre 2021

de 9h00 à 16h30

La vieille Charité, Marseille 

Salle le Miroir 

Et en distanciel 

Inscription (obligatoire) :

En distanciel : via la plateforme IdealCo 

En présentiel : aurelie.fillod-chabaud@justice.gouv.fr

Séminaire organisé par la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse en partenariat avec la Mission de recherche Droit et Justice et l’Observatoire national de la Protection de l’enfance. Avec le soutien du Centre Norbert Élias (UMR 8562, Marseille).

Pour retrouver le programme sur le site internet de la Mission cliquez ici

 

Journée départementale “Ré-enchantons le sens de son métier en protection de l’enfance”

Stéphane Troussel

Président du Département de la Seine-Saint-Denis

et

Nadia Azoug

Vice-présidente chargée de l’enfance, de la prévention et de la parentalité ont le plaisir de vous convier à la

Journée départementale « Ré-enchantons le sens de son métier en protection de l’enfance »

Le mardi 9 novembre 2021 à 8h30

Bourse du Travail
1 rue de la Libération – Bobigny

 

Invitation Journée Réenchantons nos pratiques

Colloque final ANR Piaf : Identification et citoyenneté en Afrique

© Richard Banégas

9 & 10 Septembre 2021

La vie sociale des papiers en Afrique

Science Po CERI, 56 rue Jacob – Paris 06

 

A l’instar d’autres régions du monde soumises aux nouvelles règles du capitalisme digital, l’Afrique connaît une expansion rapide des nouvelles technologies d’identification des personnes. Près de la moitié de la population du continent africain serait actuellement dépourvue d’identité légale, le phénomène s’étendant bien au-delà des « enfants-fantômes » et des populations « à risque d’apatridie ».
Fondé sur cinq années de recherche collective dans une douzaine de pays d’Afrique subsaharienne, ce colloque interroge les rapports entre identification légale, surveillance et citoyenneté, de l’après-guerre à l’époque actuelle de diffusion globale des normes biométriques. Il propose de discuter les travaux menés par une vingtaine de chercheurs et de chercheuses au sein du programme ANR PIAF visant à explorer empiriquement « la vie sociale et politique des papiers d’identité » et les régimes de véridiction des identités qui se sont constitués dans le temps long de la formation des États et des sociétés.

Ces recherches analysent l’articulation des dispositifs matériels et techniques de l’identification aux processus étatiques de formation de la nation consistant à inclure, exclure ou contrôler les individus. Elles pointent les effets délétères et la violence sociale des politiques d’identification, souvent mises en œuvre au nom de l’inclusion des « invisibles » et du « développement ». Mais sous le couvert des grands programmes dépolitisants, ces travaux soulignent aussi comment ces technologies sont réinvesties « par le bas » et participent à la production de nouvelles subjectivités morales et politiques.

Ce colloque cherche à restituer l’historicité et l’ambivalence de ces dynamiques contradictoires, à explorer la pluralité des instances et des acteurs de l’identification et à réfléchir sur la complexité des relations que les individus entretiennent avec ces écritures bureaucratiques ou biométriques de soi.

Par-delà l’opposition classique entre surveillance et reconnaissance, l’analyse des dispositifs d’identification – orale, documentaire ou biométrique – et l’étude des usages sociaux des « papiers » permettent d’observer très concrètement les transformations et le fonctionnement de l’État, les pratiques de citoyenneté et les processus sociaux de formation de la personne dans des sociétés africaines réputées communautaires et rétives à la raison bureaucratique.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Pour suivre le colloque à distance :

Les mineurs non accompagnés : protection de l’enfance, accès à l’éducation et à l’alimentation

Journée d’études
Les mineurs non accompagnés : protection de l’enfance, accès à l’éducation et à l’alimentation
Jeudi 17 juin 2021, en visio
Cette journée est soutenue par la Chaire Diasporas africaines de Sciences Po Bordeaux et de l’Université Bordeaux Montaigne
Les conférences et les débats sont accessibles à tous sans inscription préalable.
Vous pouvez également consulter le rapport d’étude sur le site de la Chaire Diasporas africaines.

Programme

9h00 – allocutions d’ouverture

Béatrice Collignon – directrice de l’UMR Passages, CNRS & Université Bordeaux Montaigne

Alessandro Jedlowski – Chaire Diasporas africaines, Sciences Po Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne

Chantal Crenn (professeure en anthropologie, Université de Montpellier),

Isabelle Rigoni (maître de conférences en sociologie, INSHEA/Grhapes, associée au Centre Émile Durkheim) – Coordinatrices du projet Les mineurs isolés étrangers originaires d’Afrique sub-saharienne en Gironde. Protection de l’enfance, accès à l’éducation et à l’alimentation soutenue par la Chaire Diasporas africaines

9h30-11h30 – Du départ à l’accès aux droits

Philippe Gagnebet, journaliste correspondant du Monde en Occitanie, auteur pour Actes Sud

Les raisons des départs : le cas des MNA en partance du Sénégal

Priscillia de Corson, avocate, doctorante en droit à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, juge assesseure à la Cour Nationale du Droit d’Asile

L’accompagnement des jeunes exilés contestant leur refus de prise en charge par l’aide sociale à l’enfance

Marion Blondel, docteure en droit de l’Université de Bordeaux, juriste à France Terre d’Asile (sous réserve)

Les MNA demandeurs d’asile

Daniel Senovilla Hernandez, ingénieur de recherche CNRS à MIGRINTER, coordinateur de l’Observatoire de la migration des mineurs (OMM), revue Jeunes et Mineurs en Minorité (JMM) (sous réserve)

Le retour des MNA dans leurs pays d’origine

11h30-12h30 – Présentation de thèses en cours sur les MNA

Lydie Déaux, doctorante en géographie, Université de Poitiers, MIGRINTER ; Priscillia de Corson, doctorante en droit à l’Université Paris 2 ; Léa Keller, doctorante en anthropologie, Université Bordeaux Montaigne, Passages ; Julien Long, doctorant en histoire, Université de Nantes ; Cléo Marmié, doctorante en sociologie, EHESS / InSHS CNRS, Centre Maurice Halbwachs – LIRTES ; Malou Mestrinaro, doctorante en sciences du langage, Université d’Orléans, Laboratoire Ligérien de Linguistique

12h30-14h00 – Pause déjeuner

14h00-15h30 – L’insertion sociale des MNA

Élodie Razy, professeure d’anthropologie sociale et d’ethnologie, Université de Liège, LASC

Penser la figure du MNA au carrefour de la migration et de l’enfance. Éclairages anthropologiques.

Julien Long, doctorant en histoire et sociologie au Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) – Université de Nantes, Fellow à l’Institut Convergences Migrations et membre du projet MINA 93

 Les expériences vécues des mobilités juvéniles en Méditerranée de 1990 à aujourd’hui : entre attente et marginalité

Anna Neyrat, maître de conférences en droit public, Sciences Po Bordeaux, Centre Émile Durkheim

Quel accès à la formation des jeunes majeurs étrangers ?

15h30-16h30 – Table ronde éducation et scolarisation

Bureau MNA du Conseil départemental (sous réserve) ; Florence Doumeins, coordinatrice départementale de la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire – MLDS ; Cécile Prévost, coordonnatrice académique du Casnav de Bordeaux ; Thierry Samzun, membre de l’association Tremplin ; Élodie Servant, chargée des dispositifs lycée au sein du Casnav de Bordeaux ; Emmanuelle Spiesse, enseignante lycées de Mérignac, chercheuse associée LAM

16h30-17h30 – Table ronde alimentation

Sarah Marchiset, anthropologue, Université Paul Valéry Montpellier, UMR SENS ; Kouassi Guy Michel Nguessan, socio anthropologue de la Santé et des Migrations, Université de Bordeaux ; Cécile Quillien, Éducatrice spécialisée – service hébergement individuel au COS Quancard – Fondation Alexandre Glasberg à Bordeaux ; Patricia Rodriguez Landreau, LP Sainte Famille, Bordeaux ; Élise Renaud, Ancienne service civique en coordination de projets d’insertion sociale et professionnelle au sein de la plateforme MNA de Bordeaux Métropole à l’Institut Don Bosco ; Bureau MNA du Conseil départemental Gironde (sous réserve)

17h30 – Conclusion

 

SÉMINAIRE NOMADE #2 L’EXPÉRIENCE CARCÉRALE DES MINEURS NON ACCOMPAGNÉS

Mardi 18 mai 2021

• 8h30-17h •

Dans le cadre de ses séminaires nomades, la DPJJ a souhaité questionner la spécificité de la prise en charge des MNA en détention au regard de leurs besoins, de leur trajectoire, mais aussi des savoirs professionnels à l’œuvre. Peu de données sont à notre disposition sur l’expérience carcérale des MNA en France ; ce séminaire sera l’occasion de croiser savoirs professionnels et scientifiques sur différents enjeux.

Ce séminaire organisé par la direction de la protection judiciaire de la jeunesse en partenariat avec la direction de l’administration pénitentiaire (Ministère de la justice). Avec le soutien de l’Institut Convergences Migrations.


Pour s’inscrire et participer à la journée :

En distanciel via la plateforme IdealCo ; Contact : aurelie.fillod-chabaud@justice.gouv.fr

La juvénilisation des politiques publiques : engagements, gouvernances et territoires

Interroger la catégorie “jeunesse” au prisme de la construction des politiques publiques.

17, 18 et 19 mars 2021

organisée par l’Université de Lille,

et les Laboratoires

– CERAPS en Sciences Politiques
– GERiiCO en Sciences de l’Information et de la Communication
– TVES en Géographie et Aménagement

 

« Depuis des décennies, se sont succédé en Europe et au-delà, des générations de politiques publiques visant à intervenir sur ou en accompagnement des jeunes, autour de thématiques comme l’insertion, l’accès à l’emploi, l’éducation, les pratiques médiatiques, informationnelles et numériques, la citoyenneté.

Ces politiques se sont déclinées autour de trois principaux modèles : soit des programmes d’action (planification) thématiques ou stratégies jeunesse de niveau étatique sous l’impulsion de Ministères nationaux et/ou fédéraux, soit des dispositifs inspirés de l’affirmative action (Blanchard 1989) ciblant des populations et/ou territoires spécifiques, soit celui de politiques de jeunesses dites intégrées dans le cadre d’une régionalisation, d’une décentralisation de l’action publique. Toutes ces politiques sont restées caractérisées par un relatif flou, et de fortes fluctuations dans la définition même de ces jeunesses, qualifiant parfois des classes (d’âge), des générations (Moreno et Mariano 2018) ou encore des problèmes spécifiques.

C’est en particulier le cas en France où la remise en question, dans les années 1980, d’une approche sectorielle et centralisée des politiques publiques (Muller 1990), s’est traduite dans les premiers temps de la décentralisation, par la mise en place de politiques qui ne ciblent plus tant des “problèmes” spécifiques que des catégories spécifiques ou des zones spécifiques, et qui croisent de façon orthogonale une territorialisation progressive des politiques publiques (Warin 2004). Si l’existence de politiques de la “jeunesse” n’est pas en tant que telle une nouveauté (Loncle 2003), comme en témoigne du reste l’ancienneté de l’existence d’un Ministère consacré à cette catégorie en France, cette tendance s’est notamment concrétisée par une multiplication depuis les années 1980 de ce qu’on peut qualifier de « politiques publiques juvénilisées », au sens de programmes d’action publique qui mettent en avant la catégorie « jeunesse », par ailleurs vigoureusement discutée (Barry 2005). Ceci étant avéré pour la France, mais aussi au niveau européen (Oberti et Richez 2006 ; Chevalier 2015 ; Loncle 2017), voire au-delà (Williamson 2006 ; Williamson 2017), à une échelle nationale autant que dans le champ local (Halter 2007 ; Loncle 2011). Au point que l’existence d’une spécificité de politiques dédiées à une catégorie « jeunesse » peut sembler relever de l’évidence. Cette évolution n’est pas sans soulever un certain nombre de questions. »

Le colloque sur la juvénilisation des politiques publiques se veut alors permettre de réfléchir aux politiques à destination de la jeunesse qui, si elles visent à la prendre en charge, questionne les contours de cette classe d’âge en tant que catégorie de l’action publique, articulée à l’échelle nationale, départementale, territoriale et locale.

Huit session permettront de croiser les recherches, les pratiques, les regards et de réfléchir plus largement à la jeunesse et ses usages.


Vous trouverez ici le programme du colloque : Colloque JPP mars21-DV-2

Les jeunes étrangers isolé.e.s en France et les transformations de leur prise en charge de 1945 à nos jours. Regard socio-historique sur un phénomène ancien par Julien LONG

Des mineurs comme les autres ?

Approche pluridisciplinaire sur la prise en charge des mineurs non accompagnés

Présentation de Julien Long – Projet MINA 93, doctorant en histoire au CRHIA (Université de Nantes)

Dans cette présentation, Julien Long resitue le phénomène contemporain de migrations des jeunes des ” suds ” dans un temps plus long que celui habituellement envisagé, en passant en revue différentes formes d’emprises politiques sur différents profils d’enfants ou de jeunes déshérités et/ou en migration, issus des territoires au sud, dans différents contextes historiques (colonial, décolonial et postcolonial) et par le biais de différentes institutions. Il s’agit alors d’interroger l’émergence de figures particulières à la question de l’enfance et de la jeunesse sur les territoires ultra-marins (JMA, Eurasien, MIE) ainsi que les principales motivations des acteurs de cette migration juvénile. Là, peuvent être observées les permanences et les ruptures dans la mise en œuvre de politiques de protection de l’enfance et de la jeunesse étrangère en France métropolitaine et sur ses territoires ultra-marins.

Julien Long

Pour lire la présentation en entier : Janv2021_Les jeunes étrangers isolé·es en France et les transformations de leur prise en charge de 1945 à nos jours. Regards socio-historiques sur un phénomène ancien

De l’encodage des dossiers à l’accompagnement quotidien : genèse d’une prise en charge spécialisée des MNA

Des mineurs comme les autres ?
Approche pluridisciplinaire sur la prise en charge des mineurs non accompagnés

Simon Protar, Emeline Zougbede (avec Yasmine Bouagga) –
Projet MINA 93, laboratoire Triangle, ENS Lyon

Le projet MINA 93 a pris le parti d’adopter un questionnement large sur un territoire délimité (celui de la Seine-Saint-Denis – SSD) avec un double objectif : d‘une part, il s’agit de décrire les dispositifs institutionnels et pratiques professionnelles de prise en charge du 93 à destination des mineur·es isolé·es ; d’autre part, il est question d’interroger les manières dont ces dispositifs et pratiques s’inscrivent et structurent les trajectoires des jeunes.

Dans cette présentation, notre propos sera de montrer que la catégorie de MIE/MNA n’est pas un concept positif en parfaite adéquation avec un phénomène qu’elle doit permettre de prendre en charge. C’est d’abord une catégorie (MIE), qui a fait l’objet d’usages divers et qui par la suite, en tant que une catégorie (MNA), s’il est fait toujours l’objet d’usages divers, elle est, en tant que catégorie d’action publique, sujette à des formes d’appropriation et de traduction dans la pratique.Au moins autant qu’elle reflète une réalité de l’accueil, c’est une catégorie qui produit des effets sur le public pris en charge.

Vers une catégorie de prise en charge dédiée

Les éléments que je vais présenter sont issus du travail que j’ai effectué dans le cadre du projet MINA93. Le projet principal était d’étudier la prise en charge octroyée aux mineurs isolés, à partir de leurs dossiers archivés à l’ASE (jusqu’en 2017). Pour ça il a fallu extraire à partir du logiciel professionnel IODAS les dossiers archivés sous la catégorie MIE. Mais le contenu des dossiers, le profil des jeunes concernés s’est avéré assez déroutant. Il est apparu que ce qui était enregistré comme « MIE » dans IODAS ne correspondait pas aux représentations que nous avions des mineurs isolés étrangers. C’est cela qui nous a mis sur la piste d’une analyse socio-historique de la catégorie d’action publique de MIE/MNA. Nous avons donc tenté de retracer la mise en œuvre de cette catégorie administrative dédiée à la prise en charge des mineurs isolés par l’ASE93. Cette mise en œuvre a été progressive et s’est étendu de l’année 2007 (premiers dossiers identifiés comme MIE) au mois de septembre 2018 (ouverture d’une cellule consacrée regroupant tous les dossiers « MNA »).

Le premier point que l’on peut souligner, est le caractère relativement tardif de la mise en fonctionnement de cette catégorie. On en trouve la trace à partir de 2007, mais elle n’est pas utilisée de manière consistante avant 2010, alors que l’on sait que l’arrivée croissante de mineurs isolés a été un défi identifié par les services du CD93 depuis le début des années 2000. C’est donc que la trace administrative est largement postérieure à la problématisation politique des mineurs migrants isolés. A quoi correspond concrètement cette mise en place ? Il s’agit en fait de la création d’une nouvelle variable dans IODAS, d’une nouvelle case. Sa fonction principale est alors non pas d’identifier les jeunes pour leur proposer une prise en charge spécifique, mais de les soumettre à une répartition spécifique entre les différents circonscriptions locales de l’ASE. En clair, pour éviter que tous les jeunes soient pris en charge dans la circonscription de Roissy (qui est alors le point principal d’entrée dans le département), les services mettent en place un « tour de cahier » qui attribue à chaque circonscription successivement les nouveaux jeunes pris en charge. Être classé comme « MIE » veut d’abord dire être attribué à une circonscription selon un mode spécifique de répartition. Et ensuite c’est pour réclamer des sous à l’État – identifier une catégorie qui relève du domaine de l’État.

Ensuite, nous avons été surpris par la grande diversité des profils et des situations des jeunes classés comme MIE. Comment expliquer par exemple la présence dans notre base d’une jeune fille dont les parents se trouvaient à Paris ? Comment expliquer que dans notre échantillon 4 jeunes soient de nationalité française ? Ou qu’une partie d’entre eux réside en France depuis plusieurs années ? Il nous a donc fallu réinterroger les contours de la catégorie telle qu’elle est appliquée en SSD.

Avant 2016 et l’alignement de la terminologie sur l’expression de « mineur non accompagné » dans l’Union Européenne, les modes de catégorisation des mineurs isolés ne sont pas fixés mais s’accordent tous sur les critères de minorité, d’extranéité, de vulnérabilité liée à l’isolement. A l’ASE 93, les MIE désignent des « mineurs isolés ouerrants ». En interrogeant les agents du Département Enfance et Famille, la différence entre l’isolement s’est avérée peu claire pour les mineurs. En tout cas, l’extranéité ne semblait pas entrer en ligne de compte, dans un département ou le public de la protection de l’enfance compte une proportion importante de personnes étrangères ou issues de l’immigration. Le critère décisif pour l’ASE93 est l’absence d’autorité parentale sur le territoire du département, qui empêche l’affectation à la circonscription correspondant au domicile parental. Ce critère conditionne la prise en charge des jeunes, la répartition des jeunes sur le département, et les différentes mesures qui peuvent leur être appliquées (notamment la question de la délégation d’autorité parentale au président du CD93).

En ce sens, la catégorie de MIE telle qu’elle s’est mise progressivement en place en Seine-Saint-Denis semble relever davantage d’une adaptation des fonctionnements antérieurs que de l’introduction à l’échelle départementale d’une catégorie d’action publique nouvelle formulée dans le droit international et communautaire. Avant d’être une catégorie politique faisant l’objet d’usages divers, le MIE une catégorie institutionnelle née de problèmes pratiques pour la prise en charge d’un sous-groupe du public concerné par la protection de l’enfance.

Prendre en charge les MNA : « Ça dépend de l’éduc et du juge, etc. »

Pour ce second temps de notre intervention, nous allons partir d’un travail ethnographique d’observations, in situ, du quotidien de la Cellule d’accompagnement des mineurs non accompagnés (en abrégée, CAMNA). Plus précisément, nous allons nous appuyer sur un cas limite, dans l’optique d’en faire ressortir des logiques professionnelles de catégorisation du MNA.

En quelques mots. Ouverte en septembre 2018, la CAMNA est à la fois une circonscription et un groupement qui a à charge la prise en charge de tous les MNAse présentant dans ledépartement du 93, pour le dire vite.

Rappelons aussi qu’à partir de 2016, dans un souci d’harmonisation à l’échelle européenne, le terme de Mineurs non accompagnés (MNA) se substitue à celui de Mineurs isolés étrangers (MIE). Il s’agit aussi de mettre l’accent sur l’isolement plutôt que l’extranéité des mineurs.

Par conséquent, dans la mise en oeuvre de la catégorie administrative « MNA » par les pouvoirs publics, deux notions apparaissent primordiales pour la définir : celle de la minorité et de son évaluation (sur laquelle nous n’insisterons pas aujourd’hui) et celle de l’isolement.

Sur le terrain (celui du département du 93 donc et plus précisément celui de la CAMNA), la notion d’isolement apparaît ambiguë et quelque peu secondaire face à ce qui se joue dans la pratique des professionnel·les pour définir le MNA.

[Extrait du carnet de terrain ] Lundi 7 décembre 2020. Une éducatrice de la CAMNA a dans son portefeuille de jeunes (ou en file active), une petite fille de 8 ans, placée dans un CDEF (foyer) du 93. Cette petite fille serait arrivée de Grèce, où elle était avec sa mère. Sa mère serait partie avant, laissant sa fille auprès d’une amie et est en France. La grand-mère de la petite vit en France depuis vingt ans et a le statut de réfugié. C’est elle qui devait aller chercher la petite fille à l’aéroport à son arrivée. Mais par un mic-mac de faux papiers, la petite fille a été prise par la PAF et a été placée. Prise dans des réseaux de prostitution, et sans-papiers et vivant en squat, la mère ne peut s’occuper de sa fille. La grand-mère demande toutefois au département un droit de visite pour sa petite fille.

Mettons deux éléments à la discussion. Tout d’abord, l’éducatrice CAMNA référente de cette petite fille ne sait pas trop dans quelles positions se situer. En effet, la grand-mère demande un droit de visite, en même temps que sa petite-fille a été placée comme MNA et qu’il faut donc demander au juge un droit de visite, sachant que l’histoire de la petite reste trouble (l’éducatrice passera un moment particulier avec cette grand-mère, qui n’est pas non plus en bons termes avec sa propre fille). On le voit, ce n’est pas tant la notion d’isolement qui travaille ici l’éducatrice pour reconnaître cette petite fille comme MNA (puisqu’elle a une mère et une grand-mère sur le sol français), que le fait qu’elle soit arrivée seule sur le territoire du 93 avec de faux papiers. On est avant tout ici dans la protection de l’enfance.

Ensuite, deuxième élément. Les éducateur·rices du foyer où se trouve la petite ont pris la liberté d’appels téléphoniques médiatisés avec la grand-mère sans qu’un·e juge n’ait encore statuer sur un droit de visite. Ici, les éducateur·rices du CDEF sont dans leur travail d’accompagnement socio-éducatif, de travail des liens familiaux. Ce qui va de pair avec la protection de l’enfance mais ce qui se situe aussi dans une autre visée.

Que dire ? Que retenir à partir de ce cas limite des autres situations de MNA ? Si loi du 14 mars 2016, et le changement de vocable de MIE à MNA, semble dénoter d’un désir de précisions de la catégorie du MNA comme catégorie de l’action publique, sur le terrain, on se rend compte que l’isolement qui doit définir en partie cette catégorie est une notion inopérante, pour au moins deux raisons. D’abord, parce qu’elle ne prend pas en compte la réalité du public. Comme nous l’a rapporté en entretien une ancienne responsable de la direction Enfance et Famille du 93, il y aurait, et ce de manière large, tout lieu de faire la différence entre les MNA : entre ceux isolés et sans autorité parentale ; et ceux sans autorité parentale mais pas isolés. Ensuite, parce que quelles que soient les manières dont se met en œuvre, se traduit sur le terrain une catégorie d’action publique, elle est toujours le résultat de logiques professionnelleset d’enjeux propres à des groupements professionnels, qui ont ici à prendre charge les MNA, et qui tantôt se confondent, tantôt divergent. Et je pourrais multiplier les exemples.

Finalement, sur le terrain de la prise en charge, la catégorie du MNA, et telle qu’elle se laisse définir par les acteurs et les dispositifs de protection de l’enfance, semble moins relever de l’isolement que du placement de mineur·es étranger·ères, pour lesquels tout un tas de contraintes s’articulent dans leur prise en charge.

Ce qui revient d’une certaine façon à dire : prendre en charge les MNA : « Ça dépend de l’éduc et du juge, etc. », comme me l’a confié une éducatrice.

Autrement dit, entre injonction étatique et cadre imposé de l’action publique, la mobilisation de la catégorie MNA (autant comme cadre de l’action publique que comme traduction locale et localisée) par les professionnel·les de terrain s’envisage à travers un certain nombre d’actes et de pratiques professionnels (Chéronnet 2016, 23), qui en retour visent à l’élaboration symbolique et pratique de cette catégorie, somme toute malléable, pour intervenir sur l’individu (au moyen de différents outils et instruments, etc.) (ibid.). Par la mobilisation de cette catégorie, les professionnel·les de terrain chercheraient donc à nommer la limite, dire la marge, expliquer la rupture, ce qui comme l’écrit Michel Autès (1998, cité in Chéronnet 2016, 23) participe de l’intervention, de la prise en charge du MIE avant, et du MNA maintenant, dira-t-on ici et d’un « ordre local des pratiques de catégorisations » (Frigoli, 2010).

Conclusion

En retraçant une partie de la genèse de la catégorie de MIE-MNA et en observant le travail administratif et socio-éducatif de prise en charge des jeunes qui en relèvent, on a donc entrepris de faire la lumière sur la complexité des rapports qu’entretiennent une catégorie d’action publique et ses manifestations sur le terrain. Ces rapports, qui font intervenir une variété d’acteurs et d’échelles, donnent à penser une série d’allers-retours entre la catégorie et son contenu : la catégorie émerge de problématiques pratiques sur le terrain et œuvre à leur transformation. Institutionnalisée, elle cadre les pratiques, et est transformée par elles.

Enquêter sur l’échelon intermédiaire du Conseil Départemental nous a ainsi permis de saisir aussi bien la formation d’une catégorie institutionnelle au carrefour de la protection de l’enfance et du contrôle des migrations que d’envisager à une échelle plus fine les mécanismes de singularisation et leur influence sur les trajectoires des jeunes.

Simon Protar et Emeline Zougédé

Bibliographie

Chéronnet, Hélène. « Parcours : catégorie de l’action publique et:ou outil pour le travail éducatif ? », Les Cahiers Dynamiques, vol. 67, no. 1, 2016, pp. 21-32.

Frigoli, Gilles. « Les usages locaux des catégories de l’action publique face aux situations migratoires », Migrations Société, vol. 128, no. 2, 2010, pp. 81-93.

Séminaire : “Migrations, Ethnicité, Santé”

Séminaire 2020-2021

Coordination : Camille Foubert et Céline Gabarro

Le laboratoire de l’URMIS, Unité de Recherche Migration et Société, vous convie au séminaire mensuel « Migrations, Ethnicité, Santé ». Dans ce séminaire sont explorées les différentes dimensions de la santé au croisement des questions de migrations et d’ethnicité.

Les séances ont lieu les deuxièmes mardi du mois de 17h00 à 19h30 à Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein (salle M19) à l’exception de la séance de janvier (qui aura lieu par zoom, un lien sera envoyé aux inscrits) et celle de février (qui aura lieu en salle Laplanche (salle n°576, 5ème étage))

L’entrée est libre en présentiel (dans la limite des places disponibles), une inscription est par contre nécessaire pour recevoir le lien zoom si les séminaires ont lieu en distanciel.

Contacts : Camille Foubert (camillefoubert@orange.fr) et Céline Gabarro (celine.gabarro@inserm.fr)


Programme

12 janvier 2021 : Chloé Tisserand (CeRIES, Université de Lille) et Jacques Rodriguez (CeRIES, Université de Lille) > Accueil des exilés à la frontière : adaptations et initiatives du personnel soignant à l’hôpital Discutante : Camille Foubert (Iris, EHESS)

9 février 2021 : Louise Virole (Institut La Personne en Médecine, Université de Paris) > Lutter contre les discriminations des femmes enceintes étrangères dans l’accès aux soins : une action mise sous silence Discutante : Marguerite Cognet (Urmis, Université de Paris)

9 mars 2021 : Aurélie Racioppi (Urmis, Université de Paris) >Eviter, faire avec ou négocier la contrainte : parcours de femmes enceintes ayant du diabète gestationnel face à l’exigence d’observance des professionnelles de santé – Discutant : Vincent Schlegel (Cermes3, Université de Paris)

13 avril 2021 : Caroline Desprès (Laboratoire d’éthique médicale, équipe ETREs, Centre de recherche des cordeliers) > Différenciation, discrimination dans les soins en pratique médicale libérale – Discutante : Priscille Sauvegrain (EPOPé, Inserm)

11 mai 2021 : Delphine Peiretti-Courtis (TELEMME, Université d’Aix-Marseille) >Résistance et immunité des corps noirs : de la représentation médicale à la pratique coloniale – Discutante : Elodie Grossi (CAS, Université Toulouse Jean Jaurès)

8 juin 2020 : Anne-Cécile Hoyez (ESO, CNRS) et Anaïk Pian (DYNAME, Université de Strasbourg) > Entre justice locale et justice spatiale : les maraudes et équipes mobiles face aux migrants sans domicile – Discutante : Rosane Braud (CRESS, équipe EARoH, Inserm)